AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Élèves
Messages : 46
RP postés : 24
Expérience sur EP : 8 ans.

MessageSujet: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Sam 5 Oct - 15:29

PV : Drathir Linath
 Explication time è_é  





Saleté de souvenirs... Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à oublier ce soir ? J'avais, enfin... nous avions bu ce soir là. Et pourquoi ça a finit ainsi hein ? Bref, je vais raconter brièvement ce qu'il c'est passé ce soir là plutôt que balancer le plus intéressant maintenant. Voyez vous, la veille, il y avait une soirée quelque peu animé au bar Zero Hour. Comme tout bon homme qui se respecte, j'y étais aller histoire de boire un peu et puis qui sait, peut-être croiser des demoiselles charmantes, même si ce n'était pas mon objectif premier. Oui oui, je suis un homme, mais malgé tout, je ne courrais pas QUE après cela. Tellement que je le répète je... Bon d'accord, je voulais aussi voir s'il y avait de belles demoiselles à rencontrer, mais pas que... C'est donc appuyé contre le comptoir que j'avais délaissé mon char d'assaut histoire de passer une bonne soirée. Jusque là, vous me direz que c'est une soirée classique, dans la vie d'un gars classique le tout dans un contexte classique. Et bien voyez vous, au bout d'un instant, un groupe de personne est entré et c'est là que tout à dérapé. En effet, Parmi ce groupe de gens qui se connaissaient ou simplement de gens ayant envie d'entrer dans le bar en groupe, il y avait une fille. UNE seule qui sortait du lot.

Blonde, yeux verts, poitrine plutôt développé ( et oui... Le cliché de la blonde aux yeux bleus n'est plus ), un corps svelte et un minois tout aussi charmant que le reste. Bref, vous le comprennez, sur le coup, j'avais quelque peu flashé sur elle. C'est donc naturellement que je m'étais lancé vers elle afin de faire connaissance et c'est verres après verres que nous avons fait quelque peu connaissance. Ainsi donc, ma personne, à savoir Alex Neil Damon, j'ai rencontré la belle Drathir Linath, une demoiselle de vingt-quatre ans, faisant une formation de maître-chien.

Là encore, vous me direz, coup classique... L'homme va vers la femme, ils boivent et paf, dans 99.9% des cas ça finit au lit, sachant que le 0.1% restant sont ceux qui le l'assument pas. Et bien non, rien de tout ça et c'est pas plus mal. Car intérieurement, j'avoue ne pas savoir ce que cela fait les coups d'un soir et je ne suis pas vraiment intéressé par cela même si la miss était à croquer. Bref, dans notre cas, nous n'avons pas finit les bras l'un dans l'autre,ou du moins, pas les bras l'uns dans l'autre pour s'embrasser ou autre... Devinez la suite de l'histoire ? Disons qu'entre nous, s'était dires idiots, boutades à deux sous, blagues pourries, dires sans queues ni têtes et même... danse à deux. L'alcool nous avait quelque peu dérouté du droit chemin sans faire de conneries. Ni elle ni moi ne semblait du genre à dépasser les limites des relations humaines normales. De son côté, elle n'ouvrait pas les bras et cuisses au premier venu, quant à moi, je ne dégainais pas aussi vite que lucky luck. Bref, nous avions quelque peu dépassé des limites, sans franchir pour autant les grosses frontières. Une soirée au final... gênante ? Pas vraiment, plus embarrassante plutôt. De part le fait qu'on n'était pas vraiment nous.

" ... Putain... Je vais passer pour le nul du siècle..."

Grognant contre moi-même, je revoyais encore au sol sur la piste de danse. Elle m'avait lâché et moi, je m'étais rétamé comme une merde... Elle, elle rigolait. ELLE RIGOLAIT !!! Alala... Enfin bref, je me devais d'oublier ça et aller la voir. Car mine de rien, je ne cache pas avoir quelque peu... flashé ? Non, mais en tout cas, j'aimerais la revoir et aussi pour savoir si cet épisode pouvait être, comment dire... Mis de côté, sans que pour autant on s'efface l'un de l'autre. Soupirant en mettant fin à mes pensées quelque peu folles en ce moment, je me remémorais ce que je devais faire aujourd'hui.

" Bon bon... Alors vérifier les commandes ok, nettoyer ce qu'il faut ok, hm... Bon ben c'est bon."


L'après-midi étant bien entamé, je me disais que je pourrais aller faire un tour là où les gens ont cours pour les maître chien non ? Après tout, si elle est maître chien, elle devrait connaitre Everleight non ? Bref, j'allais aller voir. Souriant quelque peu, je me demandais vraiment comment ça allait se passer. Après tout, on se connaissait pas trop. Et si... Et si elle croyait que je la drague sérieusement ? Que je veux genre la " pécho " ? Non non, je ne devais pas penser à ça. Sans quoi, j'allais passer pour un gros stressé de la vie. C'est mort, je n'allais pas passer pour ça non. Je me devais de ...

Finalement, j'avais abandonné ce jour là. Ce n'est que une semaine après que je me suis décidé à aller la voir, la rencontrer pour discuter. En effet, une semaine étant passé, j'ai pu la croiser de temps à autre, simplement histoire que ça fasse pas gros reloud qui revient après une soirée qui compte pas. Ayant parlé brièvement de temps à autre, on se connaissait un peu plus. C'est donc serein qu'aujourd'hui, je me dirigeais vers le lieu d'entraînement habituel. Miss Linath serait-elle là ?



______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Sam 5 Oct - 19:52


    Drathir observait son camarade qui lui faisait face. Vêtu d'une combinaison épaisse censé le protéger des morsures, une fausse arme à la main, la personne était censée alors s'avancer. Le but de l'exercice pour la blonde était de retenir son chien à ses pieds, à la voix, le plus longtemps possible pour d'ordonner l'attaque au dernier moment afin de repousser l'adversaire le plus loin possible. Réactif, docile, l’animal répondait à la moindre demande et se voyait ainsi régulièrement félicité par sa maîtresse, cette dernière conservant un sourire satisfait aux lèvres. Il fallait admettre que la fin de la formation était bien plus facile que le début, lorsque l’on vous attribuait un chiot et que tout le dressage est à faire. Ce qu’elle avait pu s’énerver au début, pour finalement apprendre à être patiente et pour comprendre les mécanismes qui facilitaient l’apprentissage. Aujourd’hui son chien était bien ce qu’il y avait de plus précieux pour elle. Un animal bien plus loyal et bien moins chiant que les êtres humains. Quoi qu’il en soit le cours toucha alors à sa fin, sur un dernier concours organisé par Gabrielle, comme elle aimait si bien le faire. Concours que la demoiselle et son chien perdirent toutefois, ce qui l’agaça quelque peu sur l’instant. Mais après tout, Aaron avait bien travaillé, les jeux de fin n’étaient qu’un bonus. Quoi qu’il en soit Drathir se retrouva donc contrainte de ranger, avec les autres, une partie de l’équipement.

    Ce ne fut qu’à ce moment précis, jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, qu’elle remarqua la présence lointaine d’un jeune homme. Il ne pouvait de toute manière pas trop s’approcher au risque de se faire engueuler par l’instructeur ou même par les élèves qui seront furieux de voir un emmerdeur perturber leurs chiens de par sa simple présence. Enfin quoi que, maintenant que le cours était terminé, il pouvait bien venir. Et la blonde ne doutait pas une seule seconde qu’il le ferait. Saloperie de soirée. Evidemment qu’elle s’en souvenait. De cette fois où elle avait trop bu, encouragée par des paris stupides lancés par des connaissances toutes aussi stupides. Si bien qu’elle avait été un peu trop docile, au point de le laisser s’approcher. De la drague ? Un peu, elle n’était pas stupide non plus même s’il ne s’était pas montré trop insistant. Ils avaient discuté, fais quelques conneries comme de parfaits imbéciles puis elle était rentrée chez elle comme elle avait pu. Heureusement qu’elle n’était pas stupide au point de se rendre ivre jusqu’à coucher avec le premier venu. Manquerait plus que ça tiens. Quoi qu’il en soit c’est ainsi qu’elle l’avait rencontré. Et s’il y avait également eu de brèves entrevues dans les couloirs cela n’avait jamais été plus loin, mais quelque chose lui soufflait encore une fois qu’il était là pour remédier à ce détail.

    Sauf qu’Alex, elle ne l’appréciait pas particulièrement. Loin de le détester pour autant il n’était qu’une connaissance parmi tant d’autres, un élève à qui elle avait déjà adressé la parole à plusieurs reprises. Le souci restait qu’il l’avait vu totalement bourré et ça,  ça la faisait chier. Pas qu’un peu d’ailleurs. C’était ses instants de faiblesse qu’elle regrettait amèrement et qu’elle faisait payer aux autres, allégeant ainsi sa conscience. Alors du coup elle l’envoyait chier, un peu, se montrait mordante et cassante – un peu comme à son habitude vous me direz – mais il ne devait pas trop comprendre pourquoi. Qu’importe. A part ça il fallait ajouter le fait qu’à ses yeux, le mec était une sorte de psychopathe. Qui était suffisamment malade pour prendre plaisir à grimper dans un tank pour écraser les choses ? Les choses ou les gens, allez savoir, elle n’était pas dans sa tête. Mais qu’importe. Dans un soupir la demoiselle flatta son chien, lui offrant une friandise méritée, avant de se redresser et de se diriger vers Alex. Autant éviter de passer pour la connasse emmerdante, qu’elle était, devant tout le monde. De toute manière les gens partaient déjà, le cours étant enfin fini. Aaron à ses côtés, la jeune femme se posta face à son interlocuteur à qui elle lâcha presque aussitôt, haussant un sourcil :


    « T’as pas de cours toi ou quoi ? Enfin je suppose que si le but est d’écraser ce qui se trouve dans les hangars ça doit pas durer bien longtemps. »

    Evidemment ces entraînements devaient être plus complexes que ça. Au fond elle s’en fichait pas mal, cela ne la concernait pas. Ses sentiments d’admirations comme de rivalité ne concernaient que les membres de sa formation ou des militaires confirmés l’ayant suivi, dans tous les cas. Surtout que les engins blindés, ce n’était vraiment pas son truc. Autant lui parler de la formation de sniper, ce serait plus facile pour elle. Quoi qu’il en soit, la blonde croisa alors les bras contre sa poitrine et son berger allemand, assis à ses pieds, toisait d’un œil méfiant le jeune homme. Il lui arrivait parfois de grogner, l’espace d’une seconde, mais la demoiselle ne tentait pas de l’en empêcher. Alors qu’un ordre aurait suffi pour que la méfiance de l’animal ne s’envole.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Élèves
Messages : 46
RP postés : 24
Expérience sur EP : 8 ans.

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Sam 5 Oct - 23:43

PV : Drathir Linath
Explication time è_é





Des explications et mises au claire. Voilà ce que je venais chercher. J'avançais doucement me répétant cela en tête " je viens pour parler tranquillement avec elle histoire de négocier deux trois mises au point par rapport à la soirée, rien de plus ". Cependant, même en me le disant ici, mon imagination commençait déjà à s'emballer. Je la voyais déjà me traiter de gros lourd qui veux juste renouveler l'expérience, continuer de la voir comme si j'étais son pote et tout ça pour plus tard jouer le grand pote qui un jour lui dirait je t'aime ou simplement lui ferais une demande pour la sauter. Rien que la possibilité qu'elle se dise ça, intérieurement ça m’angoissais et cet angoisse m’angoissait. Autant dire clairement, dans ma tête c'est pire que Bagdad. Allais-je vraiment y aller ? Ou bien non ? Pour quoi j'allais passer ? Et depuis quand je m'en soucie de toutes ces questions ? Le regard d'autrui de base je m'en fou, que x ou y me prenne pour un con, tout ceci m'est égal... Alors pourquoi cette " rencontre " me rendait nerveux comme si ma réputation même en dépendait ? Tch. Les filles et moi, ça a jamais été simple il faut le dire. Bon, malgré tout, dans la situation actuelle, ce n'est pas comme si j'allais voir l'inconnue avec un grand " i ". Il s'agissait d'une demoiselle que j'avais un minimum croisé avant. Enfin avant... Avant cet instant et après l'incident. Nous nous voyons et parlions rapidement, mais rien de sérieux. Le genre " Bonjour, tu vas bien, merci moi ça va aussi, bon sur ce je te laisse " et basta. De parfaites connaissances simples. Pas ennemis, mais pas amis pour autant.

J'avançais donc tel un fier chevalier vers son château. Bien que comparer une demoiselle ou plutôt un rendez-vous improvisé, ce n'est guère flatteur... Mes pas me guidaient sur l'air où s'entraînaient tout ceux ayant décidé de devenir maître-chien. Les personnes servant plus de soutient lors d'une guerre. Fouiller des décombres, trouver des produits illicites dans des cargaisons, arrêter de petits malfaiteurs etcetc, ce n'était pas un boulot comme le mien où moi, je devais me contenter de faire péter un max sans m'en prendre gros sur la tronche. Niveau difficultés, on peut dire que de mon côté, c'est trèèèèèèèèèèès diminué comparé à eux, mais bon, à choisir, je tiendrais à jamais les rennes de mon char plutôt que devoir m'enquiquiner d'un clebs. Surtout si je raconte ma petite anecdote sur les animaux comme quoi ils m'aiment. Une belle ironie bien entendu. Étrangement, depuis toujours, j'ai eu des soucis avec les animaux. Moi je veux être sympathique avec eux, mais eux... ils semblent m'aimer en tant qu'arbre à chat pour les chats, steak pour les chiens, graines pour les oiseaux et j'en passe.

Enfin bref, je ne devais plus penser à tout ça, mais juste au moment présent. En effet, j'approchais de l'air défendu. Ne m'approchant pas trop, j'attendais qu'ils aient finit. Pas question de devoir supporter la leçon d'un instructeur comme quoi c'est dangereux etcetc. Puis avec tout les chiens de race qu'il y a là-bas, même un voleur pro n'oserait pas y aller. A mes yeux, cet endroit pour un aimé des animaux que je suis, c'est comme un champs de mine pour celui qui a peur des explosions...

Visiblement, la belle m'avait vu et se dirigeait vers moi. A mon grand regret, Brutus la suivait. Au passage, sachez que Brutus est le nom que je donne souvent aux chiens qui ont tendance à mordre facilement, de ce fait... là, tout les chiens que j'avais vu ici, ils s’appelaient Brutus à mes yeux. Brutus et sa chère maîtresse arrivaient lentement. Je me sentais déjà quelque peu flatté qu'elle m'accorde quelques secondes de son temps, alors autant ne pas trop le perdre. L'écoutant, je m'étonnais de la voir ainsi presque. Nous étions loiiiiiiiiiiin de la soirée et cela se sentait. Il n'y avait qu'à comparer les tons de voix employé entre ses phrases d'avant et le ton de maintenant. Là, autant dire que si j'étais un volcan en éruption, après sa phrase je serais un glaçon. Esquissant un fin sourire suite à sa vanne, je me permis de répondre simplement à son sarcasme.

" Faut pas croire toutes les rumeurs hein... Oh, et tu me diras... Lancer Brutus sur un morceau de viande humaine, c'est tout aussi rapide hein..."

En parlant du loup, ou plutôt du chien, celui-ci semblait m'avoir bien à l'oeil. Pour sûr, Brutus aurait toute l'attention qu'il mérite. Pas question de loucher tel un pervers sur sa poitrine comme d'autre peuvent sûrement le faire lors d'entraînements - ou du moins, ceux qui sont dans sa formation - mais là, dans l'immédiat, j'avais plus intérêt à regarder la demoiselle au niveau du visage MAIS, aussi le toutou pour éviter les mauvaises surprises. Car là, son grognement ne me disait rien de bon. Limite je l'imaginais dire d'une voix bien grave et coulante tel un gros videur de boite de nuit bien gras " Dépêche toi ou tu morfles dans trente secondes ".
Indirectement pressé donc, je ne pouvais pas me permettre de continuer avec elle sur les sarcasmes et autres vannes qu'on pourrais se balancer suite aux différences de nos formations. Elle, elle jouait dans la cours en dressant un animal qui serait plus tard son meilleur compagnon.... Moi, je bichonne un monstre de métal en ayant pour but de le rendre le plus performant possible et savoir bien le maîtriser. Point, à la ligne, fin de l'histoire.

" Bref... Je suis venu pour disons... mettre quelques truc au claire. Bon, ni toi ni moi on a de trous de mémoire par rapport à ce qui c'est passé et, je sais pas pour toi, mais certains truc ont été... trop spéciaux à nos goûts non ? Je venais donc simplement pour te dire si cela était possible de.. remettre les compteurs à zéro.
Hm... De ton coté, des gens nous ont vu ou pas ? Car du mien, je ne connais personne qui me connais qui nous a vu ce soir là, donc c'est réglé. Et du tient ?"


Qu'est-ce que je racontais moi ? Si on peut oublier tout ça ? J'osais m'aventurer ici juste pour demander si on oubliais ? Manquerait plus que je lui demande de me faire la bise et basta, rien ne c'est passé ce soir là. Je me trouvais lamentable dans l'immédiat. Bien que je ne me préoccupais pas d'elle, je voulais simplement savoir son ressentit par rapport à tout ça et éventuellement, je dit bien éventuellement... m'excuser. Même si cela n'est pas ma faute, j'espérais que de son côté, son " image " en supposant qu'elle en ait une, ne soit pas souillé. Pour ma part, niveau image, je m'en foutais. Enfin, tant qu'on me traite pas comme l'abrutis de service, j'acceptais le reste. Notamment cette histoire d'écrasement. En effet, j'ai été le meilleur à un exercice qui consistait à écraser un véhicule tout en gardant une trajectoire précise et j'ai aimé ça en plus de ça, mais malgré tout... est-ce que ça fait de moi un malade ? Faut pas déconner, certains seraient bien content si un jour sur le champs de bataille, je fauche par inadvertance leurs ennemis sur le point de les embrocher.

Attendant sa réponse, je me grattais la nuque regardant le chien. Je ne voulais pas avoir d'emmerdes avec lui, alors je ne m'amusais pas à tendre la main pour le caresser. Cela reviendrait à tendre le bâton pour me faire frapper.

" Il a l'air en forme celui là... J'espère que malgré tout, ma venue ne te dérange pas, enfin... d'un certain côté je m'en fou, mais par politesse... Connaitrais-tu par hasard Everleight ? "


Direct et franc. Je n'étais pas du genre à vouloir faire pote avec n'importe qui, encore moins jouer le bisounours qui crache des arc-en-ciel par les fesses. J'étais simplement moi. Pourtant, même en étant moi, je tentais de faire bonne figure pour x raison. J'en connais une qui dirait immédiatement que je veux la draguer, mais pourtant, ce n'est pas ça. J'avais en moi, l'envie de faire connaissance, car même si on n'est pas du même monde si on peut dire... ce genre de formation... le mot est difficile à dire, mais je dois admettre que la formation de maître chien m'a toujours quelque peu intrigué malgré mes avis oraux avoué haut et fort parfois peu plaisant à ce sujet là.
Oui oui, un fou d'engins métalliques peut s'intéresser aux maître chiens et notamment le côté relationnel de ce groupe. C'est possible, la preuve...




______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Dim 6 Oct - 9:54


    Elle ne le quittait pas des yeux, maintenant ses prunelles d’émeraudes vrillées dans les siennes, les bras toujours croisés contre sa poitrine, donnant ainsi l’impression qu’elle n’avait décidément pas que ça à faire. Ce qui n’était pas tout à fait faux. Elle n’avait qu’une envie : se promener avec Aaron afin de se vider l’esprit pour ensuite se commander une pizza et retourner dans la pension lire un livre. Une fin de journée tranquille en somme. Mais qui semblait franchement compromise, bien que la blonde soit ravie de voir son interlocuteur un peu plus tendu. Non, tendu n’était pas le terme, mais il venait de prendre conscience qu’il avait non pas une fille docile et amicale face à lui mais bien une furie colérique ayant la fâcheuse manie de ne pas se remettre en question quand il s’agit de ses relations avec les gens. Car des liens c’était facile d’en créer, mais en prendre soin était une chose qu’elle ne savait pas vraiment faire, encore moins quand le lien en question se basait sur un état d’ébriété de sa part. Saloperie de soirée. Ah et le voilà en train de sourire, légèrement, accentuant la satisfaction de la jeune femme à l’idée d’avoir calmer quelques ardeurs, avant de répliquer. Drathir haussa alors un sourcil. Il n’avait pas tort, ordonner son chien d’attaquer c’était tout aussi simple, et elle profita de l’occasion pour le lui signaler, en approuvant.

    « C’est facile et foutrement tentant. »

    Ou comment lui faire comprendre qu’il ne manquait pas grand-chose pour qu’il devienne le bout de viande en question. Sourire faussement angélique aux lèvres, le genre de sourire qui te donne envie de lui en coller une pour ses moqueries à peine dissimulées, la jeune femme ordonna alors à son chien de rester tranquille, ce dernier venant en effet d’aboyer contre Alex. Brave bête. Suffisamment intelligente pour comprendre l’humeur de sa maîtresse, qui était mauvaise, et comprendre également que le jeune homme en était responsable. Seulement la demoiselle se doutait qu’un meurtre, ici et maintenant, ça ferait tâche sur son dossier. Encore plus à la fin de sa formation, il devenait difficile de faire passer une morsure pour un accident dû à des difficultés à maîtriser son animal. Qu’importe, déjà son interlocuteur reprenait la parole pour lui servir un long discours qu’elle écouta attentivement. Sauf qu’au fur et à mesure qu’il parlait, son regard se teinta de colère et ses doigts se crispèrent sur ses bras. Tendue. Il fallait évidemment qu’il lui reparle de la soirée hein. Pourquoi maintenant en plus ? Elle pensait le sujet plus ou moins clos, malgré son propre agacement sur son attitude lors de la soirée en question, mais apparemment ce n’était pas le cas. Monsieur était gêné. Bah voyons, je vais te la faire bouffer ta gêne. Alors si la blonde grinça des dents, elle s’efforça toutefois de se contenir un minimum, suffisamment pour pouvoir lancer sa réplique sur un ton sérieux presque effrayant. A croire qu’elle pensait vraiment ce qu’elle disait, ce qui n’était pas totalement faux.

    « Ce qui me conviendrait c’est de te faire oublier à toi cette soirée. Réellement. Mais la seule solution consisterait à te tuer en fait. »

    Mais bon on ne pouvait pas toucher à ses camarades, donc son plan tombait à l’eau. Ravalant un soupir, Drathir leva les yeux au ciel. Mais quelle merde. Evidemment il n’y pouvait rien si elle avait trop bu, lui-même avait été dans le même état et au fond il désirait juste repartir à zéro. Mais c’était tout bonnement impossible. Déjà parce qu’il ne volait pas spécialement haut dans son estime et si elle aurait pu faire abstraction de ce genre de choses avec un ami ou un proche, ce n’était pas le cas avec un presque inconnu. Et puis elle ne parvenait pas non plus à se pardonner sa propre connerie, justifiant sa mauvaise humeur. Une mauvaise humeur qu’elle déversait sur lui, l’accusant de tout. Plutôt facile comme réaction, un peu puérile aussi, mais elle était ainsi. Le savait que trop bien. Aussi faisait-elle face à une impasse quant à la façon de réagir, mais heureusement ce fut son interlocuteur qui lui offrit une sortie de secours en reprenant la parole. Bon déjà il se contredisait, et s’enfonçait un peu, en annonçant qu’il espérait ne pas la déranger. Pour ensuite avouer s’en moquer totalement. Haussant un sourcil pour la seconde fois, la blonde le toisa un moment. Vraiment ? Il s’en foutait ? Mais plutôt que de s’en soucier, bien que la remarque n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd, elle se concentra plutôt sur la partie qui concernait une autre fille. Hallelujah. Un moyen de sortir de ce bourbier. Aussi la blonde n’hésita pas bien longtemps avant de répondre, dans un haussement d’épaules.

    « Je l’ai croisé une fois, vite fait, elle a une amie vraiment louche d’ailleurs. Du coup désolé je ne peux pas te conseiller sur le cadeau idéal à lui offrir pour la draguer, ni même te dire si elle est célibataire. Je sais même pas si elle est hétéro’. »

    Enfin du coup la situation actuelle lui semblait plus claire, et elle lui en fit part aussitôt. Elle semblait soulagée, comme déjà sûre d’elle et de ses hypothèses. Mais en vérité elle se méfiait encore un peu.

    « Enfin du coup t’en fais pas j’irais pas raconter ce qui s’est passé ce soir là, je suis pas folle. Donc je pense pas que ta dulcinée soit au courant. »

    Cela semblait évident, il voulait mettre les choses au clair pour éviter que celle qu’il aimait n’apprenne qu’il avait fini ivre à danser avec une autre. Pitié dis moi que c’est ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Élèves
Messages : 46
RP postés : 24
Expérience sur EP : 8 ans.

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Dim 6 Oct - 10:43

PV : Drathir Linath
Explication time è_é





Drôle de situation que voilà. En effet, je m'étais ramené sur un terrain d'entraînement désormais vide afin de parler avec la miss avec qui j'avais eu une soirée... mouvementée. Les joies de l'alcool, un vrai plaisir comme un vrai cauchemar de temps à autre. Heureusement, ni elle ni moi n'avions fait de grosses bêtises. Disons plutôt que on a fait des choses embarrassante sans virer dans le trop gros " dossier ". Si j'étais venu ici s'était pour quoi au juste ? La voir ? La draguer ? Venir m'offrir à son chien ? Ou oublier ? Décidément, bien que ça ne soit pas la première, deuxième et troisième option, la dernière ne semblait pas être totalement le cas. Au fond, on se connait pas plus que ça, alors pourquoi pas simplement enterrer chacun de notre côté cette histoire et continuer notre vie comme si rien ne s'était passé ? Etrangement, je n'avais pas la réponse, je ne savais pas trop ce qui m'avait pris et c'est en m'en rendant doucement compte que je me trouvais ridicule. Bien sûr, hors de question de lui montrer, cela me ferais grandement chier pour pas dire royalement.

Laissant mes dires filer, je notais chaque réactions. Visiblement, je ne montait pas dans le " friendomètre " ou " bonnehummeuromètre". Bien au contraire, j'avais l'impression de descendre en flamme dans le " colèromètre ". Si j'avais pour objectif de devenir un ami, alors autant dire que je devrais en faire du chemin... en supposant que ça soit pas déjà rapé. Enfin bref, cela n'étant pas encore le cas, je voulais simplement parler avec elle rapidement histoire de pas trop la faire chier, mais vu comment elle semblait être, peut-être que j'allais rester un peu plus. Jusqu'à ce que Brutus fasse quelque chose qui sait.
La regardant tout en parlant, je notais que le chien s'excitait et la maîtresse elle, elle ne semblait pas aussi zen qu'un moine. Loin de là même, j'avais l'impression que ses doigts et notamment ses ongles allaient pénétrer sa propre peau tellement elle semblait serrer ses membres. Brutus lui se contentait d'aboyer, ce qui sur le coup me fit sursauter. Avouez qu'un chien type Berger Allemand qui vous aboie dessus, ça ne vous fait pas jouir bien au contraire. Cela vous refroidis en deux temps trois mouvements.

Les dires de la belle blonde étaient d'un direct à couper le souffle. Me lâcher le chien dessus ? Elle l'avait sous entendu royalement. Elle ne le cachait pas... Décidément, je me foutais vraiment dans une belle merde moi. Pourtant, mon sale caractère plus le sien, visiblement, ça allait faire des miracles. Enfin dans l'instant présent ça allait être magique, mais imaginez si plus tard on se cotoie quelque peu... Mon dieu, la chose semble impossible, mais ayez le courage d'imaginer cela un bref instant.

" C'est gentil, mais je m'en passerais... Mais j'apprécie l'attention."


Bien que le chien semblait fidèle, bien dressé, je ne voulais pas voir sa dentition de trop près, que ce soit sur mes bras ou mes fesses. Souriant de manière bien moindre une fois l'avertissement donné, je l'écoutais raconter la suite. Son ton était d'un tel tranchant qu'un bon vieux " j'en ais rien à faire, tu peux partir " aurait largement suffit, mais je me retenais de lui dire. S'était dommage, elle qui semblait sympa. Tient, cela me donnerait presque une idée de nouveau défi pour ma personne... Devoir la côtoyer et tenter de remonter dans son estime. Challenge Accepted.
Ainsi donc, elle voulait ME faire oublier et elle rien ? Drôle de raisonnement, enfin bon, sur le coup, j'allais être sympa et lui dire la vérité. Bien que je pourrais lui balancer la réplique bien méchante au risque de libérer Brutus de son mode gentil toutou pour le faire passer en gentil chien chien qui court après la viande, à savoir moi...

" Oublier ? Mais... de quoi parles tu donc ? "


Blonde ne veux pas dire conne, elle comprendrait que j'allais jouer le jeu par rapport à cet histoire. Bon, cela faisait vraiment trop gentil, alors je me permis de rajouter mine de rien.

" Malgré tout ça, tu n'as pas à avoir honte hein. Sauf si pour toi danser, foutre par terre son compagnon de danse au sol, raconter des blagues pourries comme moi etcetc, c'est la honte. Mais franchement, tant qu'on a pas été vu par genre tout nos amis, je vois pas trop où est le soucis... Je vais pas te juger hein."


Direct et franc. Je jouais carte sur table sans la faire trop rose bonbon. Je ne voulais pas qu'elle s'imagine que je devenais le genre de type tout sympa tout mignon juste pour le paraitre. Mais alors que j'allais m'apprêter à faire une discutions normalement, voilà que ses dires divaguèrent sur des sujets fort intriguant. Moi ? Draguer Ever ? Non, mais... Elle a fumé la moquette ou quoi ? Là, impossible de pas faire l'étonner ou faire comme si j'en avais rien à faire. Ses paroles n'étaient pas tombées dans les oreilles d'un sourd. J'avais bien entendu ses propos comme quoi en gros elle insinuait que je n'étais pas venu pour elle, mais plutôt en espérant qu'elle la connaisse pour ensuite draguer la miss aux cheveux flamboyant.

" Non mais tu divague là !!! Moi ? Draguer Ever ? C'est juste une amie, si je voulais la draguer, rassure toi, j'irais pas auprès d'une inconnue pour demander des conseils sous prétexte qu'on a dansé en étant quelque peu ivre. Je suis sûr que si je voulais ça, demander à ton chien serait plus utile... Tu me prends pour quoi là ?!! La soirée je m'en fou, personne m'a vu, je m'en fou. Toi ça semble pareil, quoi que tu sembles avoir un complexes sur le fait de savoir que je t'ai vu comme tu étais au point de souhaiter ma mort, j'hallucine...
Même si elle était ma copine, j'aurais pas honte... Ce sont des choses qui arrivent. Toi tu aurais eu honte si ton copain l'apprenait ? C'est pas comme si tu l'avais trahis en m'embrassant ou autre."


L'énervement était là, sans être immense. Je parlais normalement, bien que le ton était si élevé qu'à mon avis, Brutus n'allait pas supporter longtemps cet écart de décibels. J'avais aussi zappé un fait. Avait-elle un copain au moins ? Bah, une fille comme elle, à mes yeux, ça en a forcément un. Le genre blonde, yeux pistaches, poitrine plus que bien formée et un corps qui va avec, autant dire que quelqu'un a dut flashé dessus depuis bien longtemps. Tapotant du pied suite à tout cet énervement, je tentais de me calmer, bien qu'à tout les coups, ce serait à son tour de faire sauter les décibels.
Mon énervement d'un certain côté pourrait prouver qu'elle disait vrai malgré tout. Comme elle pourrait me dire " il n'y a que la vérité qui blesse ". Je me rendais compte de mes bourdes et me disais que là, si elle voulait jouer la provocatrice qui veux me casser les pieds... elle avait touuuuuuuuuuuuuuuuuutes les cartes en main. Rhaaaa, j'aurais pas pu danser avec elle sobre et simplement devenir ami qui partagent de bon moments ? Quoi qu'au fond, cet instant engueulade, étrangement... je l'aime bien.

" Cela m'apprendra à vouloir être sympa et sociable tient... Vous êtes tous comme ça en formation maître chien ? Purée... ça promet. "


Je n'osais pas aller trop loin dans la provocation, car je savais pertinemment que ça allait péter sinon. En supposant que cela ne soit déjà pas fait. Au diable le " Non car là, tu as vraiment un caractère de chien sans mauvais jeu de mots...".
A mon tour, je croisais mes bras autour de mon corps, tel un enfant qui boude. Un peu comme elle quoi. Cela était un signe de fermeture d'après des psy. Allions nous tourner dans un discours fermé ? Visiblement, la discutions en soit n'allait pas durer. Bizarrement, pour x raison, je sentais que bientôt, j'allais devoir bouger et pas en trottinant. Mon regard se plongeant dans ses yeux émeraude, je m'y perdais un bref instant. Mine de rien, aussi énervant soit-elle, ses yeux sont la seule partie qui à mes yeux... me captive.





______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Dim 6 Oct - 12:34


    Drathir était tout sauf sympathique. En vérité elle peinait encore à comprendre pourquoi il était venu l’aborder durant la soirée, moment où elle n’avait pas encore trop bu pourtant. Sur son visage trônait toujours un sourire moqueur, vous donnant l’impression qu’elle se foutait ouvertement de votre gueule et ce à longueur de journée. Son timbre de voix ironique, ou bien glacial, accouplé à ses crises de colère la rendait invivable. Une chieuse en puissance, tout le monde s’accordait pour le dire, si bien qu’elle pensait s’être fait une réputation juste via les plaintes de ses camarades. Pourtant on revenait à la charge, systématiquement. Elle allait finir par devenir folle à se demander ce qui pouvait plaire chez elle, alors qu’elle faisait parfois tout pour éloigner les gens de sa petite personne. Peut-être que cela lui donnait un air inaccessible qui incitait au défi. La blonde était définitivement maudite. Pourtant elle fut agréablement surprise de voir son interlocuteur mimer l’oubli. Il feignait n’avoir aucun souvenirs de la soirée, de l’attitude qu’elle avait pu avoir ou même de son ébriété. Même si c’était pour plaisanter, elle remarqua l’attention et ravala un sourire. Il venait de marquer un point, qu’il perdit aussitôt en tentant de toucher à ce qu’il y avait de plus sensible chez elle : ses sentiments. Des sentiments vis-à-vis d’elle-même lorsqu’il évoqua la probable honte qu’elle avait ressenti, puis vis-à-vis des autres et du regard que l’on pouvait poser sur elle. Imbécile. Un imbécile qui, alors qu’il venait de commenter et de donner son avis, osait prétendre qu’il ne souhaitait pas la juger. Dans ce cas ferme là. Agacée, la jeune femme répliqua dans un sifflement. La langue de la vipère claquait à nouveau.

    « Peu m’importe ta pensée, surtout si elle est différente de la mienne. Tant mieux si tu ne vis qu’à travers le regard des autres et que cela ne te dérange pas personnellement de t’être mis dans un état pathétique, mais ça marche pas comme ça pour moi. J’étais bourrée, ça craint, j’en suis venu à faire des choses que je ne ferais pas d’ordinaire et ça aussi ça craint. Pas besoin que des gens me regardent pour comprendre que c’est pitoyable. »

    Lui le vivait peut être bien, elle non. Loin de là. Elle valait mieux que ça et surtout ne voyait pas quel plaisir on pouvait tirer de se mettre dans des états pareils, à jouer les ivrognes. Elle n’avait pas besoin d’être ivre pour faire ce qu’elle avait envie de faire, aussi ses états d’ébriétés se résumaient plutôt à des actes pathétiques qu’à des élans de courage. Si elle voulait danser, elle le faisait sobre et surtout le faisait mieux. De même si l’envie lui prenait de draguer, de se moquer, de faire la folle et tant d’autres choses encore. Bon sang, pourquoi avoir bu hein ? Enervée contre elle-même, la blonde se perdit dans ses pensées un instant et ce fut de nouveau Alex qui la tira de sa rêverie, assez brutalement à vrai dire. Il semblait franchement étonné et cela suffit à lui arracher une grimace. Il ne souhaitait absolument pas draguer Everleight. Eh merde. Sauf qu’en plus de mettre les choses au clair, le jeune homme s’excitait clairement. Et c’était connu, Drathir était une chieuse qui était en droit de gueuler sur les autres, mais l’inverse était tout simplement intolérable. Sauf qu’il venait, au passage, de lui offrir une nouvelle porte de sortie en évoquant son copain. Elle n’en avait pas, trop chiante pour ça probablement, mais se garda bien de le lui dire. Au contraire elle profita de l’occasion et répliqua, toujours aussi énervée.

    « Encore une fois non ce ne sont pas des choses qui arrivent, l’alcool qui sert de prétexte aux conneries c’est pitoyable. Et moi oui ça me ferait chier que mon copain apprenne que j’ai dansé avec un autre, je n’aimerais pas qu’il aille s’éclater sur la piste avec une autre surtout quand je ne suis pas là, alors j’évite de lui infliger ça. Donc encore une fois, je t’interdis d’en parler à quiconque, le sujet est clos de toute manière. »

    Elle inspira lentement. Bon, au moins venait-elle de faire croire qu’elle n’était pas disponible, ça aidait un peu surtout si ça incitait l’autre à fermer sa gueule sur ce qui s’était passé. Au fond il n’y avait rien eu de catastrophique, mais ça c’était passé dans des conditions différentes, elle n’avait pas été elle-même. Bon sang ce qu’elle pouvait s’en vouloir, tout en détestant ces instants où elle regrettait justement. Pourtant la blonde savait parfaitement qu’elle ne tolérait pas l’alcool alors pourquoi…. Oh et flûte, c’était fait de toute manière. Et alors qu’elle en arrivait à ce constat, Drathir en vint à hausser les sourcils une nouvelle fois quand son interlocuteur se plaignit de sa réaction face à sa gentillesse du moment. Il faisait des efforts et elle n’y était pas réceptive. Sauf qu’elle s’en moquait pas mal.

    « Je t’ai rien demandé. Et non t’as juste pas de bol, je suis la pire, c’est con pas vrai ? J’étais bourrée ce soir-là donc un peu plus sympa, et se croiser dans les couloirs te permettait pas de te rendre compte de ce qui est pourtant une évidence et loin d’être un secret : je suis une chieuse. Donc comme tu dis, ça promet. »

    Tu devrais te barrer, pendant que tu le peux encore et pendant qu’Aaron reste encore sagement assis. Car la tension montait, l’énervement aussi et il était clair que le chien n’y restait pas insensible. Et la blonde était trop occupée avec ses propres pensées pour songer à le calmer régulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Élèves
Messages : 46
RP postés : 24
Expérience sur EP : 8 ans.

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Dim 6 Oct - 13:26

PV : Drathir Linath
 Explication time è_é  





Toute cette conversation prenait un tournant très vif. Jamais dans ma vie je me suis demandé ce que cela ferait de tomber sur moi-même. Imaginez un peu la chose, vous retrouver face à ce que vous pouvez au fil des secondes considérer comme votre reflet dans un miroir. Et bien là, plus la discutions avançait, plus j'avais l'impression de parler à quelqu'un qui a le même caractère que moi. Les dires piquants, brûlants, vifs et très amer, s'était moi tout craché. C'est fou comme une situation quelque peu classique voir merdique peut devenir épineuse. Je voulais simplement parler à la base tranquillement avec elle, mais en un rien de temps, on peut qualifier cette conversation comme une royale engueulade. Enfin, mine de rien, là, on reste soft. Surtout elle, car depuis le départ, ses paroles ainsi que son ton restent dans le raisonnable, tandis que moi, j'ai tendance à vite élever un peu le ton et montrer mes émotions telle que la frustration ou l'amertume. Pourquoi est-ce qu'au fond, ce moment ne pouvait pas être aussi doux que lors d'une rencontre amicale ?
Question conne, réponse conne. Car on se connait à peine. Qui étais-je pour oser imaginer prétendre à une discutions calme et tranquille comme si on se connaissait alors que ce n'était pas le cas... Franchement, j'allais passer pour le naïf de service moi. En réalité, je n'étais pas naïf, mais plutôt idiot sur ce coup. Plutôt qu'en rester au simple jeu où je devais faire semblant de ne rien avoir retenu de cette soirée, j'avais du ouvrir ma gueule n'ayant pas supporté ces piques lancés plus tôt. Maintenant, comme on dit, action => réaction.

La demoiselle ne semblait pas digérer le fait d'avoir été dans un état second et avoir fait des choses - même soft - qu'elle n'avait pas voulu. Certes, son point de vue était viable, certes, on a pas le même genre de raisonnement, mais au point de se rendre malade ainsi, ça me désolais presque... Soupirant, je la laissais cracher son venin me taisant quelque peu. Si je parlais, à tout les coups le chien perdrait sa patience en supposant que ça soit pas déjà le cas vu comment il grogne depuis un moment. A continuer comme ça, je vais vraiment finir en pâté pour chien.
Elle était trop stressée, elle ne craignait pas, mais faire une telle histoire, j'avais qu'une chose à dire... Avant qu'elle continu ses dires comme quoi s'était pas cool cette histoire, je me permis de dire d'un ton plutôt bas, cela passant presque inaperçu.

" Relativise un peu... Tu te prends la tête pour rien."


Voilà qu'elle repris son discours disant des choses que j'ai pas dit. Oui, l'alcool n'est pas une excuse à tout, pour ma part, j'ai dit seulement DES FOIS !!! Là, s'était une fois. Donc pas besoin de s'énerver. Ses dires sur le fait que ça la ferait chier que son copain aille danser avec une autre la ferait chier, je ne pu cacher ce petit sourire mesquin, mais qui malgré tout n'était pas méchant. Ce sourire ne me ressemblait pas, pourtant, il était vrai. Un sourire légèrement tendre l'air de dire " C'est mignon ". Oui, cela l'était car on voit au moins que lors d'une relation, elle est possessive et ce défaut peut vite devenir une qualité. Du moins, je me le dit souvent car mine de rien, niveau relation, je suis pas le pro. Son copain devrait être chanceux de l'avoir... à moins qu'il ait horreur de la possessivité.
Son coup de " je t'interdit d'en parler aux autres " me fit bien marrer intérieurement. A cela, gardant toute ma rage attitude en moi, je repris le même genre de réaction que tout à l'heure, comprenant que si je voulais pas que ça dérape, un de nous devra faire queue basse.

" Parler de quoi ? Je vois pas de quoi tu parles ..."


D'un autre côté, quel intérêt ? La faire chanter ? En tout cas mon hypothèse comme quoi elle ne supportait pas de s'être fait voir " faible " était confirmée. Haut et fort elle l'avait dit. Je ne pouvais que réprimer un léger sourire face à cela. Sans aller dans des airs de supériorité comme si j'allais lui dire " Maintenant j'ai un dossier sur toi, donc tu vas être gentille avec moi ". Ce genre de coup me rendait malade, du moins si je faisais le coup sérieusement. Pour déconner de temps à autre pourquoi pas, mais vu qu'on est pas ami, je ne voyais pas trop l'utilité. Cela ne ferait que remettre de l'huile sur le feu déjà assez développé comme ça. Si une citerne d'"essence se trouvait à côté de nous, alors elle aurait déjà explosé selon moi tant la tension était palpable. Brutus me rappelait sa présence, mais j'étais tellement captivé par elle et notre situation que je l'oubliais laissant les décibels monter sans me soucier des conséquences. Surtout que là... La demoiselle ne semblait plus lui dire chut.

Sa dernière réplique me fit taire un petit moment. Décidément, je me rendais compte d'un truc... Je l'aimais bien. Chieuse se disait-elle ? Voilà un trait de caractère qui me correspondais bien. La situation présente en étant la preuve. Vu comment on se parle ou autre, chacun semble ne pas vouloir lâcher le morceau pour avoir le dernier mot. Là, c'est le moment de la pause dirions nous. Mais qui sait si cela ne va pas repartir de plus belle suite à une erreur de ma part ou autre.

" Chieuse ? Si tu le dit, enfin, tu dit ça, toi non plus tu ne me connais pas. Tu ne me côtoie pas et de toute façon, je suis sûr que tu ne serais pas capable de rester au moins une heure avec moi dans un contexte tranquille sans péter un câble par ma faute sans que je force sur de quelconque piques. LA pire ? Voilà qui est intéressant.
M'enfin, malgré tout, ça te va bien si tu veux savoir... "


Un compliment ? J'allais passer pour un dragueur. Genre le garçon qui après s'être excité tout à l'heure jouait la carte gentillesse avant de passer à un jeu indirectement.

" Tu te dit chieuses hm ? ... Bah ça nous fait un point commun alors haha, en plus de nos yeux du moins... Enfin au moins, ton copain et tes potes doivent bien en baver, ça change des copains trop nian nian qui disent juste bonjour et au revoir, boivent du jus d'orange sans alcool avec et dansent juste en faisant un pas vers l'avant et l'arrière... "

Mes paroles sonnaient presque comme un défi exprès pour la revoir. Et pourtant, tout ceci n'était pas calculé, loin de là même. Très loin, là, j'étais plus le genre à parler sur le moment plutôt que réfléchir à mes mots, si bien, qu'une petite vanne s'échappait d'entre mes lèvres.

" Comme on dit, tel maître tel chien non ?"


Quel con... Là, s'était la baffe ou le chien à tout les coups.
J'allais totalement me calmer et même lui proposer quelque chose histoire de vraiment éviter le conflit, mais le classique " Bon, et si on se retrouvais un jour pour simplement discuter tranquillement, dans un contexte plus calme hm ? Après tout, c'est ridicule de s'engueuler pour ça. D'ailleurs pourquoi on s’engueulait ? ". Jouer le jeu et au final peut-être repartir sur de bonnes bases, mais là, cela semblait être rapé, ou du moins, tout dépend de la réaction de Brutus.
Abaissant doucement la tête je me rendis compte qu'il semblait lui aussi de bonne humeur. Quelle journée quand même... Pourquoi je pouvais pas garder ma langue dans ma poche des fois ? Surtout face à ce genre de cas... très plaisant mine de rien.



______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Lun 7 Oct - 11:39


    Voilà que son interlocuteur faisait de nouveau semblant d’avoir tout oublié et si la jeune femme garda le silence, semblant toujours aussi en colère, elle n’en restait pas moins satisfaite intérieurement. S’il se taisait c’était déjà un problème de moins, toujours bon à prendre. Mais il restait un souci de taille, elle ne voulait pas le côtoyer plus que ça. Et alors qu’elle essayait de le dégoûter de sa personne – il était déjà étonnant de le voir toujours dans les parages après tout ce qu’elle venait de lui cracher au visage – en évoquant à quel point elle était chiante. Agressive. Agaçante et agacée. Sauf qu’au lieu de l’éloigner, cela procura l’effet inverse, pour sa plus grande surprise bien qu’elle tenta de le cacher. De toute manière la surprise redevint bien vite colère quand le jeune homme reprit la parole. Le simple fait de le voir évoquer sa petite personne, alors qu’elle n’avait rien demandé, l’agaçait profondément. Encore plus quand il parla de l’impossibilité qu’ils avaient à discuter tranquillement. La goutte d’eau étant bien évidemment son compliment vis-à-vis de son caractère de merde. Il aimait ça hein ? Oh alors ça ne durerait pas, elle lui en donnait sa parole. Mais l’heure n’était pas encore à une quelconque attaque. Pas encore. Ce qui ne l’empêcha pas de répliquer toutefois, dans un sifflement tout aussi haineux que les précédents. Elle peinait de plus en plus à se contenir et à rester de glace.

    « En effet Alex. Je ne te côtoie pas, et pour une bonne raison, encore plus si ça nous mène à des engueulades sans fin. J’ai autre chose à faire que de perdre mon temps et je me fous de savoir si mon caractère te plaît ! »

    Sauf qu’il n’en avait pas fini avec elle, à comparer leurs natures respectives, à ainsi affirmer qu’il lui ressemblait de par ce caractère de chien qu’elle possédait. Pour ensuite évoquer le petit ami qu’elle s’était inventé. Bon sang, c’était quoi cette manie de commenter sa vie ? Ses réactions, ses paroles. A chaque mot qu’il prononçait, la blonde se sentait épiée et jugée, exactement la chose qu’il ne fallait pas faire avec elle. Car il ne s’amusait même pas à lui poser des questions, mais à affirmer haut et fort son avis la concernant. Une opinion basée sur quelques mots échangés durant la semaine. Un jugement hâtif, faussé et foutrement agaçant. Et puis il se permettait de la vanner aussi, en comparant le chien et la maîtresse. Très bien. Monsieur venait de signer son arrêt de mort. Se tenant plus droite, un indice indiquant que la suite ne serait pas des plus plaisante, Drathir ancra son regard dans celui de son interlocuteur et lâcha, froidement.

    « T’as pas idée. Aaron… »

    Ordonnant l’attaque, le chien réagit presque aussitôt, tendu comme il était depuis le début de l’entretien. Choppant son interlocuteur à la jambe, l’anima tira brutalement dessus afin de le faire chuter, pour bien vite se hisser sur le torse du jeune homme. Et le Berger Allemand était loin d’être léger, évidemment, donc probablement coupait-il le souffle à l’élève. Tous crocs sortis, il grondait avec force à l’égard de sa victime. Cependant l’agression s’arrêta là sous le signal de la blonde. Conservant sa position, l’animal n’en restait pas moins tout aussi agressif dans sa posture et les grognements sauvages qui émanaient de sa gorge. Drathir se glissa alors aux côtés de son compagnon, allant s’accroupir afin de flatter l’animal, glissant sa main dans son pelage. Coulant un regard assassin vers le jeune homme, elle finit par cracher vers lui.

    « Tu me fais chier Alex. Je te le dis parce que tu ne sembles pas le comprendre. Alors tu vas arrêter de commenter ma vie, mes actes ou même mes paroles. Tu vas arrêter de nous comparer. Tu vas arrêter de me faire la morale. Si je veux être une connasse emmerdante qui se prend la tête toute seule et t’empêches de créer le moindre lien avec moi, ça me regarde. Continue d’insister et ça se finira mal. »

    Elle était sérieuse. Totalement. Mais elle avait surtout dit ce qu’elle avait à dire, aussi se redressa-t-elle pour s’éloigner de quelques pas, allant s’asseoir sur un muret non loin. Croisant les bras contre sa poitrine, elle observa encore l’élève un instant. Aaron n’avait toujours pas bougé, continuellement logé sur le torse du jeune homme, ce qui était normal étant donné que la blonde n’avait donné aucun ordre particulier pour qu’il ne change de place. Et si ses prunelles d’émeraudes fixaient la cible à terre, elles se posèrent l’espace d’une seconde sur quelques élèves plus loin. Attirés par les grognements de son chien, ils venaient voir ce qu’il se passait, pour finalement s’éloigner une fois le spectacle admiré. Tant qu’il n’y avait pas de blessé, ça devait bien aller, et puis de toute manière elle s’en moquait pas mal. Inspirant longuement, Drathir tentait en vérité de se calmer un minimum. Retenant un tremblement elle finit par soupirer et rappela son chien qui délaissa alors Alex non sans un dernier grondement, pour finalement rejoindre sa maîtresse et se poster à ses pieds. Brave bête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Élèves
Messages : 46
RP postés : 24
Expérience sur EP : 8 ans.

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Lun 7 Oct - 14:54

PV : Drathir Linath
Explication time è_é





Parler régle souvent des soucis. S'expliquer permet de tuer les conflits, cependant parfois, cela peut faire empirer les choses. Là, nous avions l'exemple parfait du cas où ça ne fait qu'empoisonner en partie la situation de base. En effet, plus le temps passait, plus quelqu'un d'intélligent se rendrait compte que ne pas être venu ici, ne pas lui avoir parlé aurait mille fois plus de bien que d'y aller comme je l'avais fait. Peut-être qu'au fond, j'aurais mieux fait de m'en tenir au simple " salut, pour te demander s'il était possible qu'on oublie l'épisode de la dernière fois " et point. Là, j'avais osé peut-être demander... plus ? Absurde, voilà ce que s'était. Je m'étais perdu dans mes dires durant mes réflexions, j'avais perdu le nord et me voilà dans une belle merde. La blonde aux yeux verts se tenait face à moi. Plus le temps passait, plus les mots sifflaient entre nous, plus on avait l'impression que le sol allait s'éclater sous nos pieds, qu'un volcan allait naître, qu'une éruption allait avoir lieu, qu'un véritable cataclysme allait se produire. Blondie était une véritable furrie en cet instant, ou alors un gigantesque tonneau de poudre à canon. Quant à moi, j'étais la petite allumette allumée qui s'amuse à titiller le fin filet de poudre qui s'échappe d'elle. Quoi que quand on y voit de plus près, le petit filet de poudre semble déjà allumé depuis un petit moment et là, le feu allait atteindre le coeur du tonneau pour le faire exploser pas comme il faut. En effet, il y a le sens romantique de la phrase et le sens... moins plaisant. Pourquoi je pouvais pas être dans le cas romantique hein ? Sûrement l'avais-je cherché.

Ses premières paroles sonnaient comme une nuée de flèches me transperçant de chaque côtés. Mon corps n'était plus qu'une cible trouée, cependant, pas question de pleurer ou montrer quoi que ce soit. Moi ? Touché ? Pas du tout, du moins, elle avait fait une grave erreur. Celle d'affirmer qu'elle ne voulait pas me connaitre en ayant des " raisons " sans pour autant les citer. Sûrement sous prétexte qu'elle avait besoin de temps pour les énumérer, or, ce temps là, en cet instant, elle l'a pas. Traduction, comme tout à l'heure jusqu'à maintenant, sa tentative de rejet ne faisait qu'indirectement m'attirer. Un doux paradoxe au goût amer tant pour elle que pour moi. Après tout, du sien ça la faisait à 1000% chier, mais du mien, cela me faisait passer pour un masochiste. Alala, que la vie peut-être cruelle des fois.
J'arrivais mine de rien à ricaner un bref - trèèèèèèèèèèèèèès - bref instant quand elle disait se foutre du fait que son caractère me plaise ou non. Cela me faisait rire pour la simple et bonne raison que 3/4 des gens qui disent ça pensent le contraire. Un compliment reste un compliment. Certes, tout les petits compliments indirects que j'avais pu faire sans vouloir exprès la flatter étaient tombés dans l'oreille d'une sourde. Il n'y avait QUE les piques et vannes qui avaient atteint leurs cibles et là, s'était pas en mon honneur. Bref, je ricanais un très bref instant simplement, sans répondre. A quoi bon gratter alors qu'au fond on se rend compte qu'on a touché le fond ? Je ricanais sans doute sans m'en rendre compte de mon pitoyable cas en cet instant. Moi qui voulais être " sympa " bien qu'elle avait rien demandé, j'avais vraiment réussis. Bien entendu, c'est de l’ironie... Pauvre de moi. Drath en amie, c'est pas aujourd'hui pour pas dire jamais.

Une fois mon amusement pathétique fait, je me rendis compte de sa posture. Trop sérieuse, mille fois trop sérieuse. Tout ceci ne sentait pas bon du tout. Il était trop tard, son regard se faisait aussi glaciale que le zéro absolu. Même mon coeur manqua un battement quand il le vit. Je m'en fichais qu'elle me déteste, cependant voir ce regard prouvant un rejet plus que visible, cela faisait mine de rien un petit truc au fin fond de moi bien que je ne l'avouerais jamais. La suite était désormais évidente. Mon regard descendit vers Brutus et mes jambes elles... elles se mirent à agir. Un saut, deux saut, au final, il n'eut aucun mal à m'avoir suite à l'ordre de sa maîtresse. M'attrapant sans difficulté, il me mis au sol tel une bourrasque qui souffle sur un morceau de papier en équilibre. Puis par la suite, il me montrais sa magnifique dentition prêt à l'ouvrir pour mieux la refermer sur moi ? Ouf, la miss le stoppait en un rien de temps via je ne sais quelle manipulation.
La situation devenait gênante. Quelques personnes regardaient au loin sans s'approcher. Tant mieux. Il n'y avait que la miss blonde qui s'accroupissait me donnant une vue agréable sans pour autant me laisser l'occasion de pouvoir profiter de part le fait que la situation ne soit pas fait pour cela. C'est son regard qui m'attirait et je peux avouer qu'il était... terrifiant. Pire que le mien quand je suis enfermé dans ce cercueil de métal qui dire des obus et écrase tout sur son chemin.

Son ton glacé serait capable de geler le soleil tant elle était sérieuse. Brrr... J'avais bien compris que je la faisais chier, qu'elle ne m'aimait pas et ne voulait pas dans l'immédiat nouer de lien quelconque ( en supposant que ça s'arrange un jour ). Cependant, jétais tenace à ce niveau là, surtout quand on me dit pas pourquoi. Dire qu'on est moche, con, idiot, stupide, pas intéressant, chiant, lourd... et j'en passe c'est bien beau, mais ne pas dire pourquoi on dit ça, c'est comme ... c'est juste de la méchanceté gratuite. Dixit celui qui en est le pro. Je m'en foutais, cependant, visiblement, je ne voulais pas subir mes propres châtiments. Idiot n'est-ce pas ? Bref, son rejet était une raison d'attraction. Me taisant, je la laissais se redresser pour alors grogner. Tentant de dégager le molosse, cela n'était qu'une vaine tentative. Il ne faisait pas dans la catégorie poids plumes, il était plus lourd que moi presque. Une patte touchait la poche de ma jambe et je me mis à dire d'une voix purement énervé coupé de temps à autre par des grognenements du chien voulant limite dire " Ta gueule ".

" HEY... Attends... HEY !!! Dit lui au moins de retirer sa patte putain... Bon sang, je peux même pas fumer une clope, il est sur ma poche... OH ?!!! Tu m'écoutes ?!!! Hey, ça va tu t'amuses bien ? Ok tu m'as mis au sol grâce à Brutus on est quitte, retire maintenant... HEY OH !!! "


A la longue, j'allais même rendre sourd ceux qui sont dans les tours de contrôle. Finalement, après un petit moment à jouer au paillasson pour Aaron ce bon vieux chien, il finit par se retirer suite aux ordres de sa maîtresse. La miss s'était mise sur une putain de murette. Genre il lui manquait plus qu'un coktail avec une paille et un petit parasole et un gros pour elle et on croirait voir une touriste admirant un bolosse faisant un spectacle en pleine rue. Me redressant en admirant le bas de mon pantalon joyeusement déchiré par les sons de Brutus, je vins donc à m'approcher mais pas trop. Laissant huits mètres sur dix qui nous séparait, je vins donc à crier comme pour l'engueuler bien que ce n'était pas le cas.

" Donc tu fuis c'est ça ? C'est toi qui interpréte mal mes dires, c'est toi qui crois que je suis là pour faire copain copain, ou te draguer ou simplement jouer le gentil gars. Te faire la morale ? Commenter ? Hey, c'est même pas mon but ok ? Donc tu devrais réfléchir la prochaine fois sérieusement... Tu crois que c'est en faisant genre la fille forte, en faisant genre la meuf trop badass que tu arriveras à te débarasser de x ou y soucis sans les affronter totalement ?
Jte fait chier ? BRAVO !!! Toi aussi tu me fait chier et pourtant... pourtant... j'compte pas laisser passer ça comme ça ou oublier comme un con BREF. Pense ce que tu veux, je suis pas là pour jouer ton papa ou ta maman ou ton ex ou copain. Si tu penses ça, alors t'es vraiment une... une... Une IDIOTE VOILA !!! Passe une bonne journée ..."


Par la suite, je filais ailleurs approchant un premier temps d'elle sans aller droit vers elle. Passer sur le côté en laissant au moins quatre mètres était une obligation. Pas question de me faire courser de plus belle, ou alors, au moins cette fois, je pourrais aller sauter sur cette sorte de murette ou grimper sur l'arbre au coin. La regardant avec un regard similaire au sien, malgré tout, il n'y avait pas la même intensité que dans le sien. Certes il y avait cette lueur qui montre qu'on n'aime pas la personne, mais dans le mien, il y avait une pointe de raison qui le criait haut et fort. Je tentais en vain de tourner complétement la tête pour éviter qu'elle voit ça, mais au final, mes yeux et mes lèvres bougèrent quelque peu murmurant doucement.

" ... Je suis désolé..."


Suite à quoi, je commençais à partir loin de la fofolle en priant que malgré le moment " pétage de plomb " cela ne fasse pas empirer les choses.




______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Jeu 10 Oct - 18:57


    Toujours à brailler, s’exciter, s’emballer. Sa manie de gueuler à tout va, en ces circonstances, l’agaçait également. Il fallait cependant admettre qu’à ce stade, tous les actes ou les paroles de son interlocuteur auraient eu le don de l’énerver un peu plus. Elle ne cherchait plus à analyser, se contrôler ou même à chercher un prétexte pour l’enfoncer. Non elle avait dépassé cette étape, se retrouvant désormais à l’achever à la moindre occasion qu’il lui offrait, à savoir à chaque fois qu’il ouvrait sa grande bouche. Vrillant sur lui un regard glacial et franchement mauvais, la jeune femme finit par se lasser de tous ces cris, ce qui l’incita à rappeler Aaron près d’elle.  Flattant ce dernier, soufflant à l’animal à quel point c’était un bon chien, son attention se reporta toutefois bien vite sur le jeune homme qui se redressait déjà. Le pantalon fissuré à quelques endroits à cause des griffes du Berger Allemand, la blonde ne s’en sentit nullement coupable pour autant et s’apprêtait déjà à encaisser ce qu’il s’apprêtait à lui dire. Car il allait encore l’emmerder, ça c’était sûr. Et elle était loin d’imaginer à quel point. Alex pouvait se féliciter d’avoir pris l’initiative d’imposer une distance de sécurité entre elle et lui, car s’il avait été à portée, le coup de poing aurait fusé d’office devant ce qui était à ses yeux la pire des insultes.

    Donc tu fuis. Elle. Fuir. Si elle avait pu tuer d’un regard, c’est probablement en cet instant précis qu’elle aurait achevé son interlocuteur d’un coup d’œil assassin.  Tu fuis. La remarque raisonna dans sa tête à plusieurs reprises, accentuant la haine qu’elle éprouvait en cet instant pour le jeune homme. Mais outre la pique absolument intolérable qu’il venait de lui lancer, il en profita pour rajouter quelques mots, évoquant les airs de fille forte qu’elle se donnait. Des airs de meuf trop badass. La blonde haussa alors un sourcil, le toisant presque avec dégoût cette fois. C’est qu’en plus de dire des conneries et de s’enfoncer, monsieur n’était pas capable de parler français. Bon sang, elle avait dépassé le stade du langage qu’employaient les jeunes pour se donner un style. Trop badass. Il venait de toucher le fond lui, c’était certain. Les abysses de son estime, là où personne n’était encore jamais allé sur cette île. Et puis elle ne put s’empêcher de siffler à son égard, se retenant toutefois de tout commenter car dans ce cas ils en auraient pour des plombes.


    « Bien sûr que si je t’affronte. Tu veux à nouveau mon chien sur la gueule pour le comprendre ou mon poing suffira ? »

    S’il estimait que lui casser la gueule était une forme de fuite alors dans ce cas elle acceptait volontiers d’être coupable. Abruti fini va. Un abruti qui se permettait déjà de l’insulter, pour finalement se tirer en lui souhaitant une bonne journée malgré le discours qu’il venait de lui servir. Ce mec était malade. Un dingue avec son tank qui sortait des phrases à tout bout de champ en espérant ainsi avoir l’air plus intéressant, ou bien pour avoir le dernier mot aussi. Un mec qui n'était pas foutu de l'écouter et de ce fait il ne faisait que s'enfoncer. Un gamin, dirigé par ses hormones et sa connerie si bien qu'il était incapable de formuler deux phrases cohérentes à la suite sans qu'elles ne se contredisent. Elle voulait juste qu’il se tire, et au plus vite. Ce qu’il fit finalement, en la contournant légèrement. Ce fut toutefois le comble quand, au passage, il lui souffla qu’il était désolé. Bordel de…

    « Dégage. Tout de suite. »

    Sifflement, hargneux. Les mots qui sortent, presque tremblant tant elle se contenait. Drathir n’était pas connue pour sa patience, ni même sa tolérance envers les imbéciles, aussi valait-il mieux pour lui de déguerpir au plus vite. Maintenant. Ce qu’il finit par faire. Inspirant longuement, la jeune femme jeta un coup d’œil à son chien. Une longue balade serait à prévoir pour le reste de la soirée, histoire d’oublier un peu tout ça. Et dieu sait qu’il lui faudra un long moment pour décolérer, aussi décida-t-elle de vite prendre la route, accompagnée par Aaron, afin de se détendre au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Élèves
Messages : 46
RP postés : 24
Expérience sur EP : 8 ans.

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   Ven 11 Oct - 17:07

PV : Drathir Linath
Explication time è_é





Dommage de tourner ainsi. Du moins, en apparence. Au fond, peut-être était-ce censé être ainsi depuis le départ . Visiblement, deux gueulards qui se rencontrent, ça donne naissance à des gueulantes extrême. Pour ma part, c'est dans un ultime effort que je lui gueulais ma simple pensée. Pas pour la juger, pas pour la dégoûter, pas pour la faire chier... Je voulais simplement dire ce que je pensais sans la vexer pour autant. Certes, je ne criais pas qu'elle était belle, qu'elle était THE fille ou des truc flatteurs, mais quand même... Lle tact n'a pas été mon fort depuis toujours, alors au fond, de fil en aiguilles, cela nous a mené ainsi. Qui sait si notre relation ne s'arrangera pas plus tard, pour l'heure en tout cas, c'est la guerre clairement.

Fort heureusement, le corps humain n'a pas lapossibilité de détâcher x partie du corps afin de faire des coups à distance, sinon, ses poings seraient devenu de véritables roquettes... Son air était mille fois plus terrifiant que tout à l'heure. Visiblement, mes mots l'avaient blessés ? Touché ? Quoi qu'il en soit, si nous étions dans un comics, alors du feu lui serait sortit de la tête tant sa colère était palpable. Pour ma part, ma dernière tirade faite, je comptais me tirer de là l'écoutant amérement enfoncer le clou bien qu'indirectement c'est moi qui me le suis enfoncé en moi au départ. Quelle idée que de vouloir m'expliquer avec ce genre de fille.... Hormones ? Non.

Mine de rien, même si j'ai l'air insensible, con, totalement taré, je n'en reste pas moins insensible et dans ma tête, je m'étais... mis à sa place. Entendre ça, ça ne m'aurais pas fait du bien. Empathique quand il faut pas. De ce fait, j'avais donc dit un simple désolé, mais même cet élant de raison semblait la rendre encore plus folle. Me tirer ? Avec joie me disais-je. Sans regrets, mais non sans peines.
Tournant le dos à la folle furieuse en cet instant, je comptais me barrer tranquillement. Cependant, le monde n'est pas si simple... Alors que j'allais réussir à sortir du périmètre, voilà qu'une personne me tombait dessus. Un gradé minimum, mais gradé quand même. Me regardant sévèrement, il me demandait quel était la raison de tout ceci et ce qui s'était passé. Visiblement, ça allait barder... Que faire hm ?

" ... Rien... C'est ma faute. J'ai quelque peu parlé trop fort et... De fil en aiguille, j'ai énervé son chien malgré ses avertissements à elle... Uniquement ma faute. "


Lançant un regard qu'elle ne pouvait voir de sa position, je me demandais pourquoi je faisais ça. Pourquoi je faisais pas ma pute à tout balancer et dire la vérité en sachant qu'elle comme moi, nous prendrions ? Pourquoi tout prendre à sa place ? Par pitié ? Non... En croyant que ça allait tout effacer ? Elle s'en foutait... Alors pourquoi ? Me taisant, je laissais l'homme m'engeuler comme il faut avant de finalement me virer de là à coup de pieds au cul en gros.

Ainsi donc se finissait ma journée. Tch, quelle galère les filles de nos jours...


Suite à quoi, je commençais à partir loin de la fofolle en priant que malgré le moment " pétage de plomb " cela ne fasse pas empirer les choses.


END


______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm not crazy... just a little ( Pv Drathir Linath )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» Crazy Minds
» la Crazy Time recrute!!!
» 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?
» - Gallery of a crazy newbie -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Experimental Project - 0 :: Archive :: Archives du forum :: Archives V5 (EP-1 & EP-2) :: RP :: EP-1-