AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Far to Go [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 115
RP postés : 73
Expérience sur EP : 8 ans de formation ; elle entame sa première année en temps que militaire.

MessageSujet: Far to Go [fini]   Dim 29 Sep - 14:00

22 Avril 2014 - Pension d'EP-0

Point de vue de Lisbeth Cavendish

Je bâillai et me retournai dans mon lit pour la énième fois. Il devait être environ 10h. Pour une fois que je n'avais pas cours, autant en profiter. Aujourd'hui était un de nos rares jours de repos. Et, comble du bonheur, Prim avait pu venir nous rendre visite ! Me souvenant de ce fait, j'ouvris un oeil et cherchai vaguement la silhouette de Prim des yeux. Elle devait être dans son lit, qui était séparé du mien par celui d'Asuka.

Tiens, en parlant d'Asuka, elle était assise sur son lit, ses écouteurs dans les oreilles. J'aurais dû m'en douter, Asuka ne dormait jamais. Je me redressai en grognant, et me mis dans une position mi-assise mi-allongée, bon d'accord j'étais avachie sur mon oreiller, vous êtes contents ? Je ramenai une longue mèche de cheveux blancs qui me tombait dans les yeux derrière ma tête (dommage qu'Armin ne soit plus coiffeur, j'aurais bien besoin d'une petite coupe) et regardai Asuka.

- 'Alut Zazu'... dis-je en soupirant. ZAZU ! Enlève ces écouteurs de tes oreilles ! Viens, on va bouffer, je crève la dalle.

C'était vrai quoi. Je n'avais rien mangé hier soir, je m'étais entraînée toute l'après-midi et étais tombée de fatigue le soir venu. Je me levai en m'étirant, jetant au passage un coup d'oeil à Prim dans le dernier lit. Elle dormait encore. Bon, on allait la laisser dormir. Qu'elle se prépare elle-même sa bouffe, on est dans l'armée, on a pas de pitié ici ! ... Je lui ramènerai un petit truc quand même.



Point de vue d'Asuka Madden

Ce jour là encore, mon insomnie l'avait emporté. Ça faisait plusieurs jours que je n'arrivai plus à dormir, voir plus d'une semaine. Je mettai mes écouteurs sur mes oreilles en chantonnant comme à mon habitude. J'avais des cernes bien voyantes, et mon état était de plus en plus bizarre. Chaque fois que je me couchai, j'avais des cauchemars plutôt... Glauques... C'est pour ça que j'avais abandonné l'idée d'essayer de dormir. Même les calmants ne marchaient plus. J'avais vraiment peur pour ma santé.

Je restai là, assise sur mon lit, chantonnant pendant des heures, jusqu'au momen où un ''bruit de fond' qui, visiblement venant de Lisby, vint me perturber. Je fermai les yeux pendant quelques secondes et enlevai mes écouteurs.

- Tu vois pas que je '' médite '' ?

Je lui souri et me levai, observant le fâcheux état de ma meilleure amie. Ses cheveux commençaient vraiment à devenir longs -tout comme les miens-. Prim avait le visage paisible, sûrement prise dans un rêve. Je pris un élastique de mon tiroir, essayant tant bien que mal d'essayer de me faire une coupe correcte. Je replaçai mes écouteurs  sur mes oreilles et attendais Lisbeth à côté de la porte de notre chambre.

-  ALLONS BOUFFER !

Je plaçai mes mains devant ma bouche dès que je revis Prim'.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élèves
Messages : 291
RP postés : 152
Expérience sur EP : 5 ans de formation; elle entame sa sixième.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Dim 29 Sep - 14:06


Point de vue de Primrose Alexander.

C'était vrai. On ne dormait pas de la même façon sur EP-2. Ici c'était un peu la maison, le doux foyer. Mon dieu c'était toujours aussi étrange de venir et de s'en aller ensuite. Peut être qu'au bout d'un an, il fallait s'y faire, mais ce n'était plus vraiment dans mon état d'esprit, m'habituer. Après tout, quelles emmerdes allaient encore nous passer dessus ? On savait pas. C'était flippant oui. En un sens. Mais j'avais grandi aussi. J'allais bien.

Pour autant restait la vague du voyage et le sommeil massif. Déjà que je ne voyais pas Lisbeth et Asuka souvent. Maintenant il fallait que je me réveille dans une chambre déserte. Je prononçais quelques trucs déplacés histoire de me remettre les idées en place. C'était cuisant. Vrai. Je m'écrasais contre la chaise de cet unique bureau, plantant une main dans mes cheveux pour les attacher. J'y faisais plus vraiment attention non plus. Je faisais pas attention à grand chose en fait.

J'extirpais deux, trois bouquins du sac pour finalement bosser sans penser à avaler un truc. Moi. Oubliant de manger. Je sais. Surprenant.

We were here.


______________

« Disons que j'ai eu ma roue de secours. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everniss.skyrock.com/
Messages : 115
RP postés : 73
Expérience sur EP : 8 ans de formation ; elle entame sa première année en temps que militaire.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Dim 29 Sep - 14:10

Point de vue de Lisbeth Cavendish

Asuka, méditer ? Laissez-moi rire. Je la suivis avec un sourire narquois, et remarquai qu'elle avait autant de mal que moi à se coiffer. Ahlala, quand Armin n'est pas là... Je ramenai ses cheveux derrière son oreille en un geste affectueux et sortis de la chambre à mon tour, le plus silencieusement possible.

Mais c'était sans compter sur ma meilleure amie qui se faisait un plaisir de faire le plus de bruit possible. Bon, moi aussi j'étais contente d'aller bouffer mais quand même. Je lui fis mon regard mi-noir mi-amusé (oui, c'est possible, essayez), et lançai un coup d'oeil furtif dans la chambre. Merde, on avait réveillé Prim. On n'allait pas pouvoir y aller en mode ninja.

- Bien dormi la belle au bois dormant ? Ça devait être fatiguant sur EP-2 dis donc... Viens bouffer, compte pas sur moi pour que je te ramène des croissants comme la dernière fois.

Pourtant je savais que c'est ce que je ferais. J'étais incapable de laisser Prim mourir de faim, plus fort que moi. J'étais bien faible pour un soldat.


You still have far to go.

Point de vue d'Asuka Madden

En observant mes amies se parlant, je commençai à m'impatienter.. Cela se voyait à mes tapements réguliers sur le sol, et mes claquement de doigts. J'avais vraiment faim. Une nuit de sommeil = pleeein de bouffe le matin je dirais. Même si la nourriture n'était pas exquise, ça suffisait emplement pour ma personne. J'attendais toujours que l'une des deux daigne à venir vers moi, ouvrir la porte et m'accompagner à l'endroit tant convoité.

- Bah si Lisby veut rester avec sa belle au bois dormant, j'y vais toute seule.

Je me vexai vite, y avait pas à dire. J'avais claqué la porte et m'étais précipitée dans les couloirs, et j'arrivai à côté des escaliers et tentai de reprendre mon calme. Quelques élèves trainaient par là, on entendait les blablas constants de tout les élèves. Losque j'aperçus une petite bête... Je m'accroupis pour voir de quoi il s'agissait. Une souris. Blanche avec de gros yeux. Je me releva, le visage choqué et affolé, je me précipitai vers les escaliers et tombai.

Je me tournai, retournai sur les escaliers, en poussant un ''Aaah'' aigu constant. Je n'arrivais pas à prenoncer autre chose. J'avais peur. J'avais besoin d'aide. Je dévalais les escaliers à une vitesse folle, tellement que lorsque j'arrivais à la dernière marche, je continuai de tourner et frappa violemment le mur, et me cognai le haut du crâne avec un extincteur placé un peu trop bas.

Mon crâne s' était ouvert. Beaucoup de sang en sortait. Je restai avachie sur le sol, attendant que quelqu'un vienne me sauver, le bras tendu en avant. Plusieurs élèves avaient vus la scène et aucun n'étaient venue. Je lâchai désespérément des '' lâches ! '' avant de sentir mes yeux me picoter. Je commençai à pleurer sous la douleur. Je ne pouvais pas mourir maintenant.. Et surtout comme ça. Je devais mourir sur le champ de bataille, pas dans des couloirs.

Je sentais mon esprit me quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élèves
Messages : 291
RP postés : 152
Expérience sur EP : 5 ans de formation; elle entame sa sixième.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Dim 29 Sep - 14:15

Point de vue de Primrose Alexander.




Je n'étais pas vraiment attentive à ce que je faisais. Que ça rende des pattes de mouche à la fin de la disserte c'était pas bien important. D'accord. J'étais juste crevée. Mais c'était marrant. Bosser c'était marrant. Mon dieu c'était marrant... Qu'est-ce-qu'il y avait de si drôle ?


Le stylo se mit à buter contre la feuille pendant que les deux que j'ignorai piaillaient à côté. Il devait s'ennuyer. Parce que je faisais que ça gratter du papier. Et à la longue, c'était pas si marrant. Au lieu de cogiter sur ça, je me remettais au travail, mais c'était sans compter sur Lisbeth et sa persévérance légendaire.

- Lisb' t'abuses. C'est bientôt les exams je vais pas me relâcher maintenant. Et j'ai pas besoin de manger quoi que ce soit. Allez-y vous.

Je m'attendais à ce qu'elle rapplique "Pour toi c'est les exams tout le temps".
Elle avait raison.
J'étais chiante.

Moment d'absence à la remarque d'Asuka. On échange un regard. Et comme je n'estimais pas être vile à ce point, je quittais le sage bureau pour aller avaler quelque chose en appelant Lisbeth du regard.

~
Le temps que Lisbeth dompte ses cheveux j'allais me retrouver au self avec deux plateaux sur les bras parce qu'elle a horreur de pas avoir ses croissants. 

Je m'attendais à tout sauf à un couloir désert. Mais il m'avait fallut quelques secondes pour comprendre que c'était tout simplement l'attroupement dans l'escalier qui posait problème. Quoi ? Ils avaient faim à ce point. 

Jusqu'à ce que j'entende la panique se faire, c'était juste l'attroupement de l'escalier. Là c'était l'attroupement d'idiots qui bouchaient le passage. Visiblement ça n'allait pas là derrière. Je me traînais jusque eux avant de m'arrêter brusquement.

Ce n'est pas ce que je crois. Là derrière ce n'est pas Asuka Madden.

Tu es comme une poupée désarticulée qui tente de se frayer un passage entre ces choses cassées, silencieuses, inutiles, inutiles jusqu'au bout. Bientôt ils se poussent pour que tu trouves l'énergie nécessaire en les poussant à ton tour. Tu émerges sur un énième territoire inconnu. C'est effrayant, tu es effrayée. Tu retiens un cri de terreur. Mais tu ne ressens que de la terreur. Alors c'est terrifiant.

Tes sens se brouillent, ta vue est encombrée, tout est encombré. Tu n'entends que ce bruit sourd qui te prend les tripes. Tu veux les rendre, tu veux tout rendre. Pas ça. Pas encore.

~
- Mais bordel appelez un gradé ! Vous êtes soldats oui ou merde ?!


Elle est effondrée dans cette cage d'escalier. Il s'est passé plein de choses dans cette cage d'escalier. Je déteste cette cage d'escalier. Rien de bon n'arrive dans cette cage d'escalier.
Je crois que je chiale mais après tout qui ne chialerait pas en trouvant sa stupide pote inerte, là.
Ma main passe sur mes yeux dans l'instinct. On y voit clair ? On y voit clair. Manches retroussées, je l'attrape par dessous les épaules, la redressant avant de la plaquer à angle droit contre le mur. Je remarque la partie du crâne touchée. Il va y avoir du dégât. Mais ne pas relâcher, pas le droit de relâcher cette fois. Je vérifie son pouls. Presque nul. Elle va pas crever. Elle a pas le droit.

- Asuka. Asuka réveille-toi. Asuka...

Je tapote sa joue régulièrement, parce qu'un massage cardiaque aggraverait les contusions.
Alors je reste là comme une conne à la maintenir contre le mur.

- Toi, viens m'aider. Maintiens sa position, OK ? Quelqu'un sait d'où elle a chuté ?

Ils ont ce visage affreux du genre. Elle est morte. On est inutiles. On reste inutiles.

Je me réveille. Je suis debout. Je suis là. Je suis inutile moi aussi. J'ai besoin d'aide. J'ai besoin d'aide. J'en ai besoin.


Where were you?
When everything was falling apart.


Point de vue de Tino J. Helsingen.

Tu sais quand tes supérieurs sont intelligents.
Tu sais quand tu dois fermer ta gueule.
Tu sais, quand de toute manière tu sais que même si tu l'ouvrais.
Osef, de ton avis.
Lève-toi et marche droit.

Les yeux encore un peu fatigués, étouffant un bâillement des plus gracieux. De ceux qui disent que t'as rien à foutre ici et tout dans ton lit, ou au moins dehors. Mais vraiment rien ici.
Parce que même un an après, c'est toujours encore le dortoir des filles quoi.

Et dans le dortoir des filles y avait Lisbeth. Et fallait lui parler. Le temps de transmettre, y aurait même sûrement à ceinturer cette pile d'Asuka, histoire de pas se retrouver dans une situation étrange comprenant des tomates ou autre.
« Y aurait sûrement à. »
Qui est le connard qui a inventé cette putain d'expression.

Pour l'instant au dortoir des filles c'était surtout le dawa total. Un peu comme si d'un coup il y avait eu les soldes ou quoi.
Sauf que si je me souviens bien, pendant les soldes, ça court de partout.
Là, personne ne bougeait.
C'était comme un marasme humain. Avec cette impression malsaine. Une sensation dérangeante me pris à la gorge alors que je m'approchais, défonçait la foule sans vergogne. Le manque de réaction m'étonna.

Jusqu'à arriver au milieu du cercle des fidèles.
Non, je ne me suis pas mis torse nu avant de me peinturlurer et de danser sur un rythme satanique.
Ma mâchoire s'est peut-être décrochée par contre. Je sais pas vraiment. Je ressens plus trop. Ces cheveux bleus peuvent pas appartenir à quelqu'un d'autre que cette hystérique d'Asuka. Le problème c'est le rouge.

▬ Putain, dites-moi que c'est du gaspacho.

Parler à voix basse a du bon. Hagard, je me rapproche. Secoue la tête. Une petite silhouette s'est glissée dans mon champ de vision ; pas le temps de m'y attarder, pas l'envie, pas le moment. Pas quand l'autre crétine est comme ça. Elle a pris du mieux qu'elle le pouvait la situation en main, c'est déjà ça. Mais un coup d'oeil à Miss Les-Cheveux-Turquoise me glace. C'est pas la Alexander qui pourra arranger grand-chose dans cet état. Je m'approche de celle-là.

▬ Tu lui claques entre les doigts, je te jure je viendrai tous les jours cracher sur ta tombe.

Elle avait pas le droit. Pas le droit de partir comme ça. Pas avant nous. Pas dans une situation aussi conne.

Appeler du secours. Mais d'abord. Trouver Lisbeth. J'avalais les marches en montant à leur étage, m'époumonait à l'appeler, lui saisit le poignet dès que je la vis, l'entraînait dans mon sillage.
Je devais avoir l'air fou.
C'était horrible de faire ça, peut-être même.
Mais s'il y avait quelqu'un, c'était d'elle dont Asu avait besoin.
Elle avait pas le droit.
Arrivé en bas, je me figeais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everniss.skyrock.com/
Messages : 115
RP postés : 73
Expérience sur EP : 8 ans de formation ; elle entame sa première année en temps que militaire.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Dim 29 Sep - 14:20

Point de vue de Lisbeth Cavendish

- Eh, Zazu reviens ! Toi t'es ma Blanche Neige !

Il fallait qu'elle arrête de se vexer aussi vite. Certes, Prim avait rapidement pris de la place dans ma vie, mais Asuka comptait toujours autant pour moi. C'était ma meilleure amie depuis plus de 5 ans.
Et ce fut la dernière fois où je lui parlai.

Bon, au moins, ça avait convaincu Prim d'aller se nourrir. Au moins une victoire. Je lui fis signe de descendre sans m'attendre, pendant que je finissais d'attacher mes cheveux. J'espérais qu'elle n'oublierait pas les croissants.

Tiens ? Il y avait du bruit en bas. Un bruit de chute. Je haussai les épaules et me dirigeai vers les escaliers les mains dans les poches, quand Tino débarqua en criant mon nom et me prit le poignet pour m'emmener en bas.

- Tino ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Ils font des croissants au chocolat aujourd'hui ?

Mais mon sourire s'évanouit bien vite en voyant son air paniqué. Putain, qu'est-ce qu'il s'était passé ?

En bas des escaliers, un attroupement s'était formé. Des murmures et des cris. Quand ils m'aperçurent, ils s'écartèrent immédiatement et je pus passer sans aucun problème. Je ne comprenais rien. Jusqu'à que je la vois.

Je sentis un énorme poids tomber dans mon ventre et j'eus une soudaine envie de vomir. Non. Non, ce n'était pas vrai. Ce n'était pas possible, n'est-ce pas ? Après tout ce qu'on avait traversé... Un escalier, bordel...

Je me précipitai vers le corps par terre à moitié appuyé contre le mur, trébuchai et me retrouvai à genoux devant Asuka. J'étais sonnée. Je ne voyais même pas Prim de l'autre côté. Je voyais juste le visage d'Asuka, et putain, non, je ne le voyais même pas, il y avait juste du sang partout.

Je lui redressai la tête et saisis ses épaules, je devais me retenir pour ne pas la secouer comme une poupée de chiffon, pour essayer de la réveiller, de ramener un petit souffle de vie en elle, essayer de me faire croire que ce n'était pas encore trop tard...

- Asuka... Zazu... Réveille-toi putain... Tu peux pas partir comme ça... Tu peux pas... On n'a pas encore mangé les croissants du matin... Et on n'a pas visité le Japon... Réveille-toi... Zazu...

Je disais n'importe quoi, parce si je ne disais plus rien, je devrais la regarder et l'écouter et me rendre compte qu'elle était morte.

Morte.

J'eus un sursaut et éclatai soudain en sanglots. Je me tins prostrée devant le corps sans vie, ma tête toute près de celle d'Asuka, et mes cheveux (je n'avais même pas eu le temps de les attacher...) formaient un rideau autour de nous, comme si j'essayais de la protéger. Je ne voulais pas voir les autres gens. De toute façon, actuellement il n'existait personne d'autre qu'Asuka.

Asuka...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élèves
Messages : 291
RP postés : 152
Expérience sur EP : 5 ans de formation; elle entame sa sixième.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Dim 29 Sep - 14:25


Point de vue de Primrose Alexander.


I'm tired of being what you want me to be
Feeling so faithless, lost under the surface
Don't know what you're expecting of me
Put under the pressure of walking in your shoes



Je glissai sur son sang. Je venais de glisser sur son sang. Mes yeux se levèrent sur ce corps qui semblait minuscule à présent. Je m'agenouillai face à elle, sa tête plaquée par la fille daignant m'assister malgré l'état macabre des choses.

Elle fixait ce corps minuscule elle aussi, elle voyait le sang dont son jean s'imbibait mais ne se plaignait pas. Et bien elle me rappelait moi. Avant. Elle avait ce genre de spasmes, ramenait ses longs cheveux rouges et lisses derrière ses oreilles avant de déglutir. Parfois elle venait jouer avec son débardeur puis redevenait le simple soutien d'Asuka. Les minutes passaient. C'étaient seulement des minutes. Mais Lisbeth n'était pas là. Pas là. Toujours pas là. 

J'en étais arrivée à déchirer mon autre manche quand on m'interpella. Et tétanisée, comme si on venait faire pendre la mort de Madden au dessus de ma tête, je me retournais, fermant les yeux l'espace d'une seconde.

- Elle a perdu beaucoup trop de sang. Et ton gradé, il est pas là. Arrête.

Je les rouvrait alors, sans répondre, reportant mon attention sur Asuka et ses cheveux électriques, trempés de rouge par endroits. Trempés. Je déchirai cette manche, rompant les dernières coutures avant de remplacer le bandage qui entourait sa tête. Mes doigts tombèrent contre sa nuque alors que mon estomac remontait progressivement dans ma gorge. Je n'avais pas le cran. Je n'avais pas les tripes de me lever et de courir chercher Lisbeth. J'étais là et je n'étais pas là.

Mes jambes prirent le temps de me faire tanguer de gauche à droite alors que je me redressai, plantée devant eux, là, ces quelques autres, ces riens. Je fixai déjà mes mains. Mes mains tremblaient. Mes mains tremblaient de ne rien avoir senti et je fixai encore mes mains et elles tremblaient encore.


~
Et Alice savait qu'elle n'était pas née au pays des Merveilles. Elle était lasse de ce haut et de ce bas. De ce pays des cauchemars. Les oiseaux, les bureaux, quelle différence ? Rien. Rien. On ne faisait pas de tout, rien. Elle était seule, à tomber dans ce trou, elle s'était perdue, le lapin était arrivé à l'heure, le chapelier n'était plus fou, la Reine Rouge, sa tête était sur une pique. Alors Alice était rentrée. Alice était née au pays des Cauchemars. Et Alice voulait les étoiles. Mais Alice était seule.
Et Alice s'était retournée.


~
Tu penses que c'est un monde injuste, qu'elle n'est pas morte, que c'est impossible. Qu'ici c'est son chez soi, qu'on n'y meurt pas. Qu'on y vit heureux. Et le temps passe, et personne rien. Et son sang recouvre le sol. Et elle est là. Tu la vois encore. Alors quoi. Il va falloir te décider. Tu vas crier qu'elle est morte. Tu vas devoir dire "Asuka Madden est morte, parce qu'elle a chuté dans des escaliers." ou bien "Asuka est morte, parce que mes mains tremblaient." peut être ? Je ne sais pas. Qu'est-ce-que tu préférerais Prim ?
Il est là. Lui. Il ne t'apporte aucun réconfort, parce qu'il n'y a rien qu'il soit supposé apporter. Il va cracher sur sa tombe, parce qu'elle est morte. Parce qu'elle est morte. Tu le vois. Tu le vois plus. C'est ça, un souvenir ? Il est devenu un souvenir. Et maintenant il sera celui qui crache sur la tombe d'Asuka.
Tu ris, tu te plies en deux. Tu t'écrases sur le sol alors qu'une tornade blanche fonce sur Asuka. Tu la connais, tu t'en fous. Tu te plies de rire. Tu es là, tu n'es pas là. Tu as les mains trempées de sang, les doigts métalliques, le souffle cuivré, tu y a même goûté quand ça t'a giclé au visage. Et tu es par terre. Et tu ris.
Tu t'es retournée.
- Elle... Elle est morte ! Elle est morte ! Asuka est morte ! Lisbeth ! Tino ! Asuka est morte !
Elle est morte.
Et ce goût au fond de la bouche quand tu rends tes tripes comme une gosse traumatisée.



Point de vue de Tino J. Helsingen.

J'avais pas répondu à Lisbeth. Enfin, j'avais pas dit bonjour non plus.
Remarque, à Asuka, j'aurais même pas dit au revoir.
Y avait un putain de noeud dans ma gorge alors qu'on courait comme des dératés, j'arrivais même plus à respirer proprement. Si on avait eu le temps, je me haïrais d'avance d'être celui qui était venu chercher Lisbeth, d'être celui qui la lâcherait là, juste devant Asuka qui ne respirait déjà peut-être plus, du sang coagulé poissant son visage.

Et même alors que je restai planté, plus vide que jamais, que Lisbeth tentait de l'étreindre sans aggraver son mal, que tous, tous ceux-là autour, avaient déjà renoncé, quand plus personne n'espérait plus. Qu'il y avait juste la crinière blanche enserrant la bleue.
Asuka elle était trop vivante, elle pouvait pas mourir.
Si ?

Un tic nerveux agita ma joue. Recommença. J'avais pas envie de pleurer. Je réalisais pas je crois.
Et Prim qui ricanait par terre, comme une possédée, je réalisais pas non plus. C'est Prim ça ? Dites-moi que c'était une marionnette, une mauvaise actrice qui la doublait, n'importe quoi. N'importe quoi mais pas la réalité. Elle pouvait pas, elle non plus.
C'toujours quand un bout de monde et des convictions s'effondrent qu'on touche le fond de l'être humain.
Entre l'aliénée qui allait finir par se rouler dans son vomi, la scène horrible et jouée d'avance contre le mur, et l'autre mur humain qui ne levait pas le petit doigt. Je tournais la tête vers Lisbeth. Non. Non, lui foutre la paix, lui laisser le temps. À la place, je relevais l'automate de Prim, passait son bras par-dessus mon épaule et la traînait jusqu'aux toilettes de l'étage.
Voix blanche.

▬ Nettoie ce que tu t'es foutu dessus.

Je voulais pas croiser son regard. Ni même la voir. C'était vraiment Prim ? Je passais à nouveau en trombe dans la foule, percutant des épaules sans me soucier des dommages collatéraux. Ils n'importaient pas. À nouveau au centre, je m'arrêtais. Hésitant. Avant de poser une main amicale sur l'épaule de Lisbeth, de me retourner, de faire face.

▬ Quelqu'un l'a vue tomber ?

Un visage blême opina, l'air passablement à deux doigts de rendre tripes et boyaux. Sans attendre d'avis - pour changer, ce serait que la troisième fois en dix minutes - je l'entraînait dehors. Trouver un gradé. Ne pas laisser Zazu dans ce couloir plus longtemps, avec la foule qui la regardait comme ça.
C'est pas comme si j'avais un quelconque espoir, hein.


______________

« Disons que j'ai eu ma roue de secours. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everniss.skyrock.com/
Messages : 115
RP postés : 73
Expérience sur EP : 8 ans de formation ; elle entame sa première année en temps que militaire.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Dim 29 Sep - 17:41

Point de vue de Lisbeth Cavendish

J'avais à peine conscience de ce qu'il se passait autour de moi. Il y avait Prim. Elle a dit mon nom je crois. Et elle a aussi dit qu'Asuka était morte. Je peinais toujours à y croire. Je n'arrivais pas à y croire, alors que son corps au crâne explosé était juste en face de moi.

La main de Tino sur mon épaule m'électrocuta. Je levai un regard vide vers lui. Il partit presque immédiatement, pour chercher un gradé apparemment. Tino était là. Il prenait les choses en main. Et Prim, où était Prim ? Elle allait bien elle ? Et si elle était tombée aussi ?

Non. Calme-toi Lisbeth. Je finis par me lever, titubant un peu, et quand je baissai le regard vers Asuka, ce n'était pas elle que je voyais mais une tête aux longs cheveux blonds, couverts de sang eux aussi, et des yeux verts vides. Je fis un pas en arrière, effarée. Puis je clignai des yeux et Asuka était de retour. Putain, je devenais folle. Asuka. Asuka. Pas Prim. Pas ma mère. Même si elle était morte aussi, dans des circonstances similaires.

Et les autres. Les autres qui me regardaient toujours, et qui regardaient Asuka.

- Dégagez ! Dégagez de là, putain ! Ça vous regarde pas !

Je devais avoir l'air aussi folle que j'avais l'impression de l'être, parce qu'ils partirent sans demander leur reste. Je sentis que l'un d'eux allait me proposer son aide, mais mon regard l'en dissuada. Je n'avais pas besoin d'aide.

Je m'accroupis devant ma meilleure amie et prit le corps dans mes bras, comme un prince portant sa princesse. "Asuka, toi t'es ma Blanche Neige !" Elle était ridiculement légère. Elle l'avait toujours été plus que moi, même si elle était plus grande. Et aujourd'hui, j'avais l'horrible impression qu'elle ne pesait rien du tout. Et sa peau. Sa peau refroidissait.

Je fus reprise d'une envie de pleurer, mais rien ne sortait. Je devais trouver un adulte. Et je devais trouver Tino. Je sortis du bâtiment des filles d'une démarche chancelante. Des silhouettes au loin. L'une d'elles était Tino. Oui. Lui, il allait faire quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élèves
Messages : 291
RP postés : 152
Expérience sur EP : 5 ans de formation; elle entame sa sixième.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Dim 29 Sep - 22:40


Point de vue de Primrose Alexander.

I ran away from you, my friend

Tu continuais de rire comme pour gâcher ton propre souffle, c'était rasant, tordant, même coupant comme du verre. Et le temps passait toujours comme dans un mauvais film. Tu stagnais au milieu de ce public, c'était humiliant alors tu continuais de rire comme une imbécile. Je crois que tu attendais que la lumière s'éteigne et qu'un présentateur débarque pour couper les caméras en t'expliquant d'une voix snob et amusée que c'était un jeu, que ce qui couvrait ton visage était du ketchup. Qu'il restait des croissants à la cantine, tu aurais tellement ri.

C'aurait été drôle.

Au début j'ai pensé à un coup de poing. Mais c'était juste qu'on me soulevait par le bras. Je ne savais pas vraiment si mes pieds touchaient le sol ou si je me contentais de me faire traîner. Et tout mon corps disait non. Tout mon corps refusait de s'activer. C'était un grand salaud, mon corps. Et je ne voyais rien avec ces yeux affreux. Avant je m'en foutais. C'était pas bien grave de rien voir. Je m'en foutais. Avant. Mais j'aimerai tellement voir, ce qui m'offre tout ce soutien. Je voudrai juste tomber là et ne plus bouger et le laisser me soutenir un peu. Ce serait son temps. Ce serait tout mais mon corps ne veut pas.

Et tout ce que je fais, c'est obéir et me rattacher au rebord froid de ce lavabo. Il fait sombre, il est parti. Tout le monde est égoïste mais il est pire. Je n'arrive pas à me mettre en tête que c'est le chaos, qu'il est parti pour arranger le chaos si ça se trouve. Mais quel chaos ? Quel chaos ?

- J'y arrive pas. J'y arrive pas.

Je me souviens d'un jeu. C'était mon préféré j'imagine, parce que je n'arrêtais pas d'y jouer. Mais j'étais très douée.
Pour me cacher.

Je ne sais pas où est le réconfort. Mais je suis plantée sur cette cuvette.

C'est marrant.
C'est marrant.


Just take your pretty face off, show me.


Point de vue de Tino J. Helsingen.

J'aurais voulu courir. Je tenais fermement sa main, et elle, tentait de résister.
Mais jamais ça n'aurait pu passer pour une petite scène de couple adolescent.
Parce qu'elle, la fille qui m'accompagnait, qui allait devoir relater le, devoir expliquer, semblait totalement absente, comme si on avait coupé sa conscience. Et qu'en voyant ses yeux vides, mon expression n'arrivait plus à donner le change. Parce que maintenant, j'avais le regard fou, je trépignais, piaffais.
Et elle qui n'avançait pas.

▬ MAIS COURT, BORDEL.

Ça suffirait pour devenir fou l'espace d'un instant tu crois ?
J'ai cette étrange impression de penser en coulisses, tandis que je débite la situation, sans bavures, devant le premier gradé sur lequel on soit tombé. Il est de la section Médi' en plus.
C'est cool, il pourra vérifier si... Non, pas vérifier. Constater la mort. Je lui dis ? Je lui dis qu'elle est vraiment morte ? Si Prim s'était plantée, hein ? Elle choisit toujours la mauvaise voie t'façon.

On arrive à nouveau devant le dortoir des filles. De nouveau cette sensation de vide. Et puis je les ▬ la, maintenant ? ▬ démanteler le mur humain, sortir. Masse de cheveux qui me semblent alors d'un blanc d'os de mauvais goût, et puis d'autre qui paraissent désormais moins bleus, et tâchés de rouge. Si seulement c'était du gaspacho. Que c'était une mauvaise prod sans moyen. Je cours vers elles ▬ elle ▬ avant de me planter là, sans savoir que faire. J'ai rempli mon rôle de soldat, et en tant qu'humain, je sais plus quoi faire. Le Gradé nous rattrape. Prend son poignet ▬ comme s'il y avait un pouls ▬, passe sa main devant sa bouche, son nez. Sort son portable. Ses mots me paraissent vides. Pas de sens, pas de sons. Absurde. On était pas dans le même monde. Je gardais les yeux fixés sur Lisbeth, qui elle affichait un air comme hanté, portant Suka en princesse. Ses traits de poupée, ravagés.

Et puis une ambulance.
Une putain d'ambulance.
Bordel, tu pouvais pas, non, pas être plus cruel. Il fallait allonger Asuka là-dessus. Agitation tout autour, mais plus personne n'osait vraiment approcher. Les autres restaient en retrait. Prim n'était pas revenue. Heureusement.
Il fallait allonger le corps d'Asuka là-dessus. Avec une lenteur qui me parut démesurée, je viens me placer à côté de Lisbeth. Tapotait son épaule. Toquait, plutôt. Elle semblait s'être enfermée quelque part, une dimension à laquelle on n'avait pas accès. Tu me laisses entrer ? Tenter de la regarder, de pas la laisser partir ailleurs. Et puis, à voix basse, entendu que d'elle.

▬ Ensemble ?

______________

« Disons que j'ai eu ma roue de secours. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everniss.skyrock.com/
Messages : 115
RP postés : 73
Expérience sur EP : 8 ans de formation ; elle entame sa première année en temps que militaire.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Jeu 3 Oct - 19:50

Point de vue de Lisbeth Cavendish

Il y avait le bruit d'une ambulance et des gens venaient prendre Asuka. Je me sentais à part de tout. Je ne réalisais toujours pas ce qu'il s'était passé. Je laissai le gradé vérifier qu'elle était bien morte, mais putain, son crâne était explosé, comment elle aurait pu être vivante... Comment...

Ne pas pleurer. Comment ne pas pleurer.

Je m'efforçais de me calmer, de ne pas faire une crise tant qu'Asuka était dans mes bras. Mais en même temps je ne voulais pas la laisser partir. Parce que c'était la dernière fois que je la toucherai. La dernière fois que je la verrai ailleurs que dans un cercueil, puis dans une tombe six pieds sous terre.

L'ambulance était là. J'allais devoir la déposer sur un brancard blanc et les laisser l'emmener à la morgue. Une partie de moi voulait résister mais à quoi bon ? Elle n'était déjà plus là.

▬ Ensemble ?

Je hochai faiblement la tête. Tino prit ses jambes et je la saisis en-dessous des épaules ; ensemble, on la posa sur le brancard. Je fermai ses paupières et posai ses bras sur sa poitrine. Dans une parodie de "repose en paix". Et elle partit. Comme ça, dans une ambulance aux lumières clignotantes. Ils allaient vouloir m'emmener moi aussi, ils allaient me poser des questions. Vous avez vu la scène ? Est-ce que votre mère était en état d'ébriété ? Est-ce qu'elle s'en est prise à vous physiquement ?

Est-ce que vous l'avez tuée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élèves
Messages : 291
RP postés : 152
Expérience sur EP : 5 ans de formation; elle entame sa sixième.

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   Jeu 3 Oct - 20:02


Point de vue de Primrose Alexander.

Alors finalement, la petite Alice s'était cachée dans les bois interdits. Pour elle, c'était peut être un endroit rassurant. Peut être que les ténèbres lui apportaient plus de réconfort que la compagnie du Chapelier. On ne savait plus.


En fait, ce jeu n'était pas très drôle. Il n'avait jamais été drôle. Après tout j'y avais tellement joué. Quand on y repense c'est stupide. Ces gosses qui passent leur temps à se chercher, à se trouver. A recommencer à l'infini. Est-ce-que ça leur fait plaisir ? Pourtant je reste là avec mon silence. Il est sympa quand il veut. Il reste même. Parfois. Pas aujourd'hui.


Sing me to sleep
Sing me to sleep
I'm tired. I'm done.
I want to go to bed.

C'était une journée sympa tu sais Asuka ? J'aurai sans doute passé la matinée à réviser. Après tout je trouve ça cool. C'est cool. Asuka c'était cool. Asuka qu'est-ce-que t'as foutu ? 

- Asuka descend plus manger toute seule. C'est bon reviens. Je m'en fous des révisions alors reviens Asuka. Parce que t'as raison c'est chiant Asuka. Je veux qu'on se goinfre de croissants tu veux bien ? On pique ceux de Lisbeth. Ensuite on court. Asuka ?

Asuka ?

Tu es arrivée mais elle était déjà étalée sur le sol. Et quand tu es arrivée personne n'osait la toucher. Parce que personne n'en était capable. Et quand finalement tu l'as touchée. Elle était morte. Mais tu as suturé. Tu as fais un garrot. Non deux. Tu as stoppé l'hémorragie. Mais elle était morte. Elle était toujours morte. Alors tu as continué. Tu croyais pouvoir arrêter. Te lever et crier. Mais tu as préféré déchirer ta deuxième manche et recommencer. Et comme ça ne suffisait pas, tu as continué. Mais elle est morte. Elle est morte. Il y a ses cheveux sur son crâne. Son sourire d'ange au bout de ses lèvres, son mp3 sous ton lit. Ses robes dans son armoire. Sa console de jeu sur le bureau. Mais elle est morte. Tu es inutile. Tu es inutile parce que c'est dans ta nature.

Tu choisis toujours la mauvaise voie. 

Alors elle se redressa sur la cuvette des toilettes. Un pied à droite, l'autre à gauche. Elle ne savait plus vraiment si la partie était terminée, mais posa ses mains contre le mur et entreprit d'arrêter de respirer. Et une fois qu'elle n'eut plus de souffle, elle se pencha en avant, inspira longuement. Indéfiniment. Et le silence cracha sa réplique au visage de la brunette.

- Pleure. Pleure. Pleure.

Prim leva les yeux sur cette porte. Laissa une jambe abandonner la cuvette. Laissa une autre trouver la sortie du genou, se hissa jusqu'au lavabo, rencontra un reflet qu'elle connaissait bien. 

- Tu sais où on vit. Ce qu'on y fait. Pourquoi on y est. Et tu laisses encore la peur l'emporter.

 Elle plongea ses mains sous l'eau encore froide qui se transformait à mesure qu'elle y retournait. Rouge. Encore plus rouge. 


- Je vais bien. Je vais bien. Je vais de l'avant. 

Pour autant, il y avait une limite. Une certaine peur. Un monstre.

Qui hurle, qui s'époumone, qui pleure. Qui chiale. Qui ne va pas bien.

- Qui va de l'avant ? -

Ce qui est terrifiant reste terrifiant. La poupée reste la poupée. Pourquoi. Dépasser cette barrière humaine, pourquoi ?

Je déteste cette cache d'escalier. Et à présent qui pourrait ne pas la détester. C'est fou ce que qu'on peut haïr une cage d'escalier. C'est fou ce qu'une cage d'escalier peut être salope. Parce qu'il s'est passé bien trop de choses dans cette cage d'escalier.

Alors qu'est-ce-que fout tout ce sang ici hein ?

- C'est vrai ! qu'est-ce-que fout ce putain de sang dans cette putain de cage d'escalier !

Dégage. 



Point de vue de Tino J. Helsingen.

Un type un peu shooté se serait pointé devant moi en m'annonçant que j'étais un radié, que je m'appelais Zblor et que par conséquent j'étais la honte de la société, que j'avais survécu de peu à la Quatrième Guerre Mondiale, que l'humanité s'était réfugiée en Afrique, que l'Europe n'existait plus sur les cartes ; mon expression n'aurait pas réussit à changer.

Mais on était bien comme ça, à porter 'Suka par les pieds et les épaules.

À la une, à la deux, à la trois...

Ce n'est qu'en posant son corps sur le brancard et en voyant le véhicule partir que je levai les yeux vers Lisbeth.

T'avais tort Prim, il y a longtemps. Je ne sais plus jouer. Et c'est vrai, dis-moi, qu'est-ce-qu'on fiche sur ce plateau ? Pourquoi cette cage d'escalier est devenue une case piège soudain ? Qu'est-ce-qu'on fout là ?

Ce n'est qu'à ce moment que je vis son expression. C'était la première fois que je la voyais ainsi.
C'était la première fois que je la regardais, à bien y réfléchir.
C'était étrange de voir Lisb' la tête baissée.
C'est elle qui défie tout, d'habitude.
T'es sûr c'est bien Zazu qu'ils ont embarqué ? T'es sûr c'est bien l'Albinos ? T'es sûr d'être vivant, là, Tino ?
J'en sais rien. Je sais rien. Je sais pas ce que je suis censé faire. Prendre les choses en main et régler le problème je crois.


Même les plus beaux plumages, peuvent être une cage.


À la place, sans réfléchir, c'est Lisbeth que je prends dans mes bras. Si. C'est elle. Elle est bien là. Je laisse retomber mon front sur son épaule. Ouvre un oeil, fatigué. Vois un gradé revenir vers nous. Articule, ou désarticule plutôt.

▬ Tu veux y aller avec Prim ou...?

Plus la force. Plus la force de faire comme si les choses pouvait être arrangées. De faire comme si je pouvais sauver quelque chose.
Quel que soit l'âge, tu pourras jamais rien faire face à la mort, Tino.

______________

« Disons que j'ai eu ma roue de secours. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everniss.skyrock.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Far to Go [fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Far to Go [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Lapis Philosophorum |Pierre| [PV Vanille] [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Experimental Project - 0 :: Archive :: Archives du forum :: Archives V5 (EP-1 & EP-2) :: RP :: Autres-